Poule A : L'Angleterre face à son histoire

le
0
Poule A : L'Angleterre face à son histoire
Poule A : L'Angleterre face à son histoire

A la veille du match entre l'Angleterre et l'Australie, le pays hôte de la Coupe du monde parait plus fébrile que jamais. Une semaine après l'humiliation infligée par le voisin gallois, le XV de la Rose n'a plus le choix : s'offrir une seconde chance en dominant les Wallabies, ou mourir sur ses propres terres.

En Angleterre, on ne dort plus. Dans la rue, les regards sont crispés. Samedi, une semaine après avoir été humilié par le pays de Galles à Twickenham, le XV de la Rose affronte l’Australie dans un match de la dernière chance. Une victoire et la Coupe du monde aura des chances de continuer, une défaite et le pays plongera dans un grand cataclysme. Car jamais un pays hôte du Mondial n’a été sorti dès la phase de poules. En Angleterre, où les supporters de la sélection de Stuart Lancaster attendent cette Coupe du monde depuis quatre ans, on sent le souffle historique de ce match contre les Wallabies monter depuis quelques jours.

« La plus grande semaine de notre vie »

Jeudi, le Prince Harry en personne s’est rendu au camp de base des Anglais, à Pennyhill Park, pour assister à l’entraînement et motiver les joueurs du XV de la Rose. Il a notamment été aperçu en grande discussion avec Sam Burgess, l’un des trois joueurs à sortir du XV de départ (avec Vunipola, blessé, et Lawes). Motivés, les joueurs anglais le sont avant ce rendez-vous décisif. Le rendez-vous de leur vie, clame même Jonny May. « C’est la plus grande semaine de ma vie, de notre vie à tous. Il faut le faire. Si on y arrive, ce sera énorme, a déclaré l’ailier en conférence de presse cette semaine. On peut complètement retourner la situation. On va faire de notre mieux, tout donner. On a notre sort entre nos mains. On peut rendre de nouveau fiers nos supporters. Il faut ignorer les critiques, toutes les choses négatives et se concentrer sur ce qu’on peut contrôler. C’est à dire se préparer du mieux que l’on peut et jouer le mieux possible. Si on fait ça, je suis sûr que ça ira. »

Les Anglais restent sur deux succès contre l’Australie

Même son de cloche chez son sélectionneur. Largement critiqué depuis la défaite contre le pays de Galles, Stuart Lancaster veut croire en un renversement de situation. « Les joueurs regardent devant. Ils sont super excités, c’est la meilleure semaine de leur vie car on sait tous ce qui est en jeu. » Contre l’Australie, l’Angleterre reste sur deux victoires en test-match en novembre 2013 et novembre 2014. Une statistique qui permet d’espérer de l’autre côté de la Manche, où le staff australien préfère, lui, se concentrer sur son sort. « Ce n’est pas mon problème, désolé, s’est presque excusé Michael Cheika en conférence de presse, au sujet de la situation délicate des Anglais. Je ne suis pas organisateur de l’épreuve. Je ne m’occupe pas de l’Angleterre. Je ne suis qu’un simple sélectionneur de l’Australie et je sais ce qui a un impact sur nous et ce qui n’en a pas. » Rarement une poule de la mort n’a aussi bien porté son nom, et rarement un match de poule de Coupe du monde n’a semblé aussi attendu. Comme si l’histoire pouvait s’écrire samedi soir à Twickenham...

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant