Pouille se surpasse, Gasquet casse

le
0
Pouille se surpasse, Gasquet casse
Pouille se surpasse, Gasquet casse

Le camp tricolore a connu hier des émotions contrastées à Wimbledon. Commençons par la bonne nouvelle avec la première accession à un quart de finale d'un tournoi du Grand Chelem du jeune (22 ans) Lucas Pouille (n° 32). Le natif de Grande-Synthe (Nord), gêné par une douleur à la cheville droite apparue dans le 2e set, est allé au bout de la douleur et du suspense en écartant l'Australien Bernard Tomic (n° 19) en cinq sets (6-4, 4-6, 3-6, 6-4, 10-8).

 

Souvent décrié pour son physique défaillant lors des matchs à rallonge, Lucas Pouille a démontré que le tennis français pouvait dorénavant compter sur lui. Son ascension au classement ATP est fulgurante depuis un an. Il a fini l'année 2015 au 78e rang mondial. Au prochain tour, le Tricolore affrontera le vainqueur du match entre Berdych et Vesely. Hier soir, le match a été interrompu alors que les deux Tchèques étaient à deux manches partout.

 

Gasquet incertain pour la Coupe Davis

 

La mauvaise nouvelle pour le camp français est venue de Richard Gasquet. Le duel qui devait opposer le Biterrois à son ami Jo-Wilfried Tsonga a tourné court. Le demi-finaliste de la dernière édition du tournoi londonien a dû rendre les armes, terrassé par une douleur au dos à 4 jeux à 2 dans la première manche. « Sur un coup droit, j'ai fait un mauvais geste et j'ai ressenti comme des coups de couteau. Ce sont des douleurs intercostales en haut à gauche, comme ce que j'avais eu avant le tournoi de Barcelone (en avril) où j'avais arrêté dix jours après », a expliqué le Français, qui a dû confier son sac à Tsonga pour le soulager à la sortie du terrain. A l'approche du quart de finale de Coupe Davis en République tchèque du 15 au 17 juillet, l'inquiétude grandit à son sujet. Les joueurs doivent rejoindre l'équipe de France et leur coach Yannick Noah à la fin du tournoi londonien.

 

Seule consolation, la victoire sur abandon permettra à Tsonga de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant