Post brexit : les banques à nouveau en première ligne

le
0
Le Revenu hebdo no 1385. (© Le Revenu)
Le Revenu hebdo no 1385. (© Le Revenu)

Très attaquées en début d’année, les valeurs bancaires européennes ont subi le coup de grâce porté par le vote britannique en faveur de la sortie du Royaume Uni de l’Union européenne. Depuis un an, les cours de Bourse ont baissé de 42% en moyenne et la capitalisation boursière du secteur a fondu de 400 milliards d’euros. 

Des catalyseurs négatifs

Plusieurs catalyseurs négatifs se sont accumulés depuis deux semaines, incitant les investisseurs à se tenir à l’écart du secteur. Le Brexit a provoqué une forte baisse des cours, Londres étant considéré comme le centre financier de l’Europe. Les analystes ont alors fait tourner leurs modèles pour calculer l’exposition des établissements à un éventuel recul des activités de marché. 

Conséquence directe du Brexit, plusieurs fonds investis dans l’immobilier de bureau londonien ont suspendu les rachats, incapables de faire face à l’afflux des demandes de sortie, entrainant de nouvelles tensions sur les valeurs bancaires, les promoteurs et la construction britanniques. 

Un autre évènement a alimenté les inquiétudes sur les banques : la crise bancaire en Italie, provoquée par une accumulation de créances de mauvaise qualité, a atteint son paroxysme, quand la Banque centrale européenne a exigé que “la plus veille banque du monde”, Monte dei Paschi di Siena, réduise son exposition au risque. Craignant la contagion et des

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant