Portugal-Suède.Ronaldo-Ibrahimovic, si grands, si proches

le
0
Portugal-Suède.Ronaldo-Ibrahimovic, si grands, si proches
Portugal-Suède.Ronaldo-Ibrahimovic, si grands, si proches

Ce sont deux joueurs d'exception qui s'affrontent ce soir à Lisbonne, et mardi à Solna, pour ce barrage entre le Portugal et la Suède. Un duel de titans entre la star du Real Madrid, Cristiano Ronaldo, et celle du PSG, Zlatan Ibrahimovic. Deux buteurs de renom, en lice pour le Ballon d'or, qui comptent plus de 700 réalisations à eux deux. Le Lusitanien et le Scandinave ont bien plus que leur talent en commun. Leur arrogance déjà. Leur amour du travail bien fait. Mais aussi une enfance parfois chaotique.

Des enfances difficiles entre drogue et alcool

Une mère femme de ménage pour Ibra, cuisinière pour Ronaldo : les deux enfants qu'ils étaient ont grandi dans un milieu des plus modestes. « Mon estomac grouillait, c'est une douleur que je n'oublierai pas », raconte le Suédois dans son autobiographie « Moi, Zlatan ». Ils ont aussi été très tôt confrontés à l'alcool et la drogue. Le frère de Ronaldo et la demi-s?ur d'Ibra étaient toxicomanes. Leurs pères, alcooliques. Le Portugais l'a d'ailleurs vu mourir d'un cancer du foie en 2005. « Cristiano a vu ce que l'alcool et la drogue pouvaient faire aux gens proches de lui, déplorait sa mère à l'époque. Ce qui est arrivé à notre famille explique pourquoi il n'a pas de vices. Sa seule dépendance, c'est le ballon. » L'un comme l'autre se sont donc réfugiés dans le football. Ronaldo quitte son île à l'âge de 11 ans pour Lisbonne, où il intègre le centre de formation du Sporting. « Je me sentais seul. C'était dur. Je pleurais tous les soirs », indiquait il y a peu la star du Real. Ibrahimovic, lui, n'hésitait pas à parcourir 6 km à pied jusqu'à Malmö pour s'entraîner. Sans le foot, dit-il dans sa biographie, il serait probablement tombé dans la délinquance.

Des acharnés du travail

Les deux hommes ont vite compris que seul le travail les sauverait. Ils ont ainsi la réputation d'être des acharnés à l'entraînement. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant