Portugal-Islande: le Bacalhautico

le
0
Portugal-Islande: le Bacalhautico
Portugal-Islande: le Bacalhautico

C'est le grand dépucelage de l'Islande en phase finale d'un Euro. Les Scandinaves affrontent les Portugais dans une confrontation inédite et a priori déséquilibrée entre deux nations qui possèdent à priori peu d'échanges culturels. Sauf que le Bacalhau, le fameux plat national portugais, doit un peu à la morue d'Islande.

Que peuvent bien avoir en commun les Portugais et les Islandais, ces deux pays aux confins de l'Europe occidentale ? A priori pas grand-chose. Devant la gare de St Etienne, à quelques heures du match, une bande d'Islandaises encornées façon viking et pintes à la main, en attendant de se maquiller les lèvres en bleu/blanc/rouge savent : "Bacalau !!!!" répondent-elle en force et d'une voix. Oui, la morue salée, le plat national portugais que les Islandais ont adopté et exportent désormais vers la péninsule ibérique. "C'est mon premier job. On a une entreprise familiale de transformation de morue qu'on vend aux Portugais et aux Espagnols. L'année dernière j'étais en vacances au Portugal et j'en ai mangé du Bacalau, fait en Islande chez nous." Les Portugais ont été les premiers, au début du XVème siècle à remonter jusqu'à Terre Neuve, dans le sillage des grandes expéditions, pour ramener la morue dans leurs filets. Quelques années plus tard, les Basques espagnols et français découvraient aussi la morue de l'Atlantique. Et puis les flux marins se sont retournés. "A partir du XVIIème siècle, ce sont nous les Islandais qui avons commencé à pêcher pour les Européens du Sud" clame fièrement Eidur, devant un food truck de la fan zone de St-Etienne en vannant une bande de supporters portugais : "Ronaldo qui ? Ronaldo qui ?"

La pêche représente toujours le principal secteur d'activité du pays d'autant que le pays tente de se débarrasser petit à petit de l'exploitation du pétrole, jugé peu climato-friendly et de son secteur bancaire qui a failli causer la perte de l'économie du pays. Traumatisés depuis, les Islandais tentent de faire autrement. "Depuis quelques années, on essaye de se passer des grosses sociétés, que l'exportation de la pêche à la morue profite aux petits pécheurs dans les villages et les communautés locales" analyse Asta. "C'est ce qui nous a permis de ne pas tomber en cessation de paiement après la crise financière de 2008" raconte Jo Bjorn Skulason, vice-président du club de première division d'Haukar, avant d'exiger un peu de respect de la part de ses adversaires du jour : "Ils devraient nous dire merci, grâce au Bacalau islandais, les joueurs portugais sont forts et en bonne santé. Et c'est tout bénéfice pour nous. En achetant notre morue, les Portugais paient nos bières…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant