Portugal, Grèce, Irlande : la crise de la dette s'envenime

le
0
Les taux portugais dépassent 8%. Le déficit grec sera revu à la hausse. Stress tests irlandais attendus jeudi.

La crise de la dette dans la zone euro ne connaît guère de répit. Les déficits publics grec et portugais pour 2010, estimés respectivement à 9,5 % et 7,3 % du PIB, seront revus à la hausse jeudi, alors même que l'Irlande sera fixée sur le sort de ses banques à l'issue des tests de résistance menés par sa banque centrale.

Presque entièrement nationalisé, le secteur bancaire irlandais a déjà reçu 46 milliards d'euros d'aide, ce qui a fait exploser le déficit public à 32 % du PIB en 2010. Les derniers tests de résistance auraient mis en évidence un nouveau besoin de capitalisation de 20 milliards d'euros, qui ne pourra être comblé sans une rallonge de l'aide UE-FMI d'au moins 10 milliards d'euros.

La communauté internationale - dont la Grande-Bretagne, fortement exposée - a accordé cet hiver un prêt de 85 milliards d'euros à l'ancien Tigre celtique. Les rapports entre Dublin et Bruxelles n'en restent pas moins tendus. L'Europe refuse d'alléger ses con

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant