PORTRAIT-Macron, surprise de l'équipe Valls II, nommé à l'Economie

le
3

(Actualisation du portrait avec citations de mercredi) * Il mettra en oeuvre le cap qu'il a contribué à fixer * "Provocation dérisoire", déplore-t-on dans l'aile gauche du PS * Un bon signal pour les partenaires européens, dit un économiste PARIS, 27 août (Reuters) - Emmanuel Macron fait son entrée au gouvernement comme ministre de l'Economie à la place d'Arnaud Montebourg pour porter la politique de baisse du coût du travail de François Hollande. Secrétaire général adjoint de l'Elysée chargé de la politique économique jusqu'à l'été, cet énarque âgé de 36 ans a largement contribué à bâtir cette politique, dont la contestation par Arnaud Montebourg a provoqué le remaniement. Lors de sa prise de fonction mercredi, il a assumé sa différence avec son prédécesseur, disant sa volonté de restaurer la confiance des entreprises, des investisseurs et des Français en évitant les "oppositions stériles" pour redresser une économie française stagnante. ID:nL5N0QX146 Il avait quitté l'Elysée en expliquant que l'essentiel de l'agenda économique avait été fixé : le calendrier de redressement du déficit public et la politique de soutien à la compétitivité des entreprises, avec le crédit d'impôt compétitivité emploi (CICE) et le pacte de responsabilité. Les idées qu'il exprimait à l'Elysée et les politiques qu'il a contribué à mettre en oeuvre tranchent avec la personnalité d'Arnaud Montebourg, qui fustigeait l'orthodoxie allemande et les patrons "voyous" et demandait d'aider davantage les ménages. D'autant qu'il avait auparavant été banquier chez Rothschild. "Nous n'avons pas toujours eu les mêmes sensibilités", a-t-il dit mercredi aux côtés d'Arnaud Montebourg mais "au fond nous sommes deux hommes de conviction qui appartenons à la même famille". "Macron le libéral pour remplacer Montebourg = provocation dérisoire", a réagi mardi le député socialiste "frondeur" Laurent Baumel sur Twitter après l'annonce de sa nomination. HOMME DE CONFIANCE DU PRÉSIDENT Pour Julien Manceaux, économiste chez ING, "le nouveau ministre de l'Economie est assurément une confirmation des intentions de M. Hollande et un très bon signal pour les partenaires européens de la France". "Cette décision montre clairement que l'aile droite du Parti socialiste est aussi capable de donner de la voix", ajoute-t-il. Selon l'entourage de François Hollande, "Macron a fait ses preuves à l'Elysée". "Il a eu à traiter des dossiers très sensibles politiquement, notamment le dossier Alstom, dans lequel il a joué un rôle clé." "Il a une très bonne connaissance du monde de l'entreprise et notamment de l'industrie, il est jeune et le plus important, il a toute la confiance du président", a-t-on ajouté. Il partagera la tête de Bercy avec un autre homme de confiance de François Hollande, Michel Sapin, confirmé au ministère des Finances et des Comptes publics. A l'Elysée, il était le point de contact entre les entreprises et la présidence de la République, contribuant à apaiser les tensions nées des hausses des prélèvements, dont la promesse de campagne de François Hollande de taxer à 75% les revenus au-dessus d'un million d'euros par an. En quittant l'Elysée, Emmanuel Macron avait dit vouloir mener des projets personnels. Il avait été remplacé comme conseiller économique de la présidence par Laurence Boone, économiste chez Bank of America Merrill Lynch. Diplômé de philosophie et de l'ENA, inspecteur des finances, Emmanuel Macron est proche de Jean-Pierre Jouyet, devenu secrétaire général de l'Elysée en avril dernier. Un solide carnet d'adresses en poche, il avait participé à la commission Attali "pour la libération de la croissance française" mise en place sous la présidence de Nicolas Sarkozy. (Jean-Baptiste Vey, avec Julien Ponthus, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7097610 le mercredi 27 aout 2014 à 11:34

    moins de dix an après ses études, les hausses d'impôts, le cice, Florange...tableau d'échecs bien long !

  • M7361806 le mercredi 27 aout 2014 à 11:27

    la honte des socialistes qui n'aiment pas la finance juste pour se fairent élire !

  • frk987 le mercredi 27 aout 2014 à 11:10

    Vu son âge et la durée de ses études, certes, hormis le PS, pas de promotion plus rapide compte tenu de son expérience ultra limitée.