PORTRAIT. Fidel Castro, la mort d'un géant de l'Histoire

le , mis à jour à 17:38
5
PORTRAIT. Fidel Castro, la mort d'un géant de l'Histoire
PORTRAIT. Fidel Castro, la mort d'un géant de l'Histoire

Fidel Castro, le dernier des géants de l'Histoire a fini par tomber du haut de son demi-siècle de pouvoir. Un pouvoir absolu durant près de quarante ans, avant de passer le relais à son frère cadet Raul en 2006 et tout en s'employant, avec ce qui lui restait de forces, de maintenir le cap « pleine gauche » du navire-Cuba.

 

Fidel, qui a résisté jusqu'à 90 ans, s'est signalé pour la première fois le 26 juillet 1953 en attaquant, avec son frère Raul, la caserne Moncada, à Santiago de Cuba, (face à Haïti), où il s'en est pris, avec un groupe de 130 rebelles, aux forces du dictateur Fulgencio Batista qu'il finira par déloger, fin 1958, après deux ans de combats à la tête des «Barbudos».

 

Si ce premier coup de force a échoué, Fidel n'en a pas moins marqué les esprits par sa fameuse plaidoirie, «L'Histoire m'acquittera». De sa cellule de l'île des Pins, il organise le groupement révolutionnaire «Mouvement du 26 Juillet», le M.26.7, sigle toujours omniprésent à Cuba. Convaincu que l'opposition est devenue inexistante, Batista amnistie les prisonniers politiques, ce qui permet à Fidel de s'exiler au Mexique où il rencontre, en juillet 1955, un jeune médecin argentin, nommé Ernesto Guevara de la Serna. Les deux destins se rapprochent et forment une tresse qui ne se dénouera qu'avec l'assassinat du Che, le 9 octobre 1967, à la Higuera, dans la pré-cordillère bolivienne.

 

VIDEO. Fidel Castro, un géant du XXe siècle

 

Avec 82 expéditionnaires à son bord, dont les deux Castro, le Che et Camilo Cienfuegos, le yacht Granma quitte le 25 novembre 1956 dans la nuit le port Mexicain, Tuxpan, pour rallier, le 2 décembre, «Las Coloradas», un lieu dit, dans la partie orientale de Cuba. Commence alors «la Reconquista », un incroyable coup de force mené à bien contre une armée de quarante mille hommes, en s'appuyant sur les paysans de la Sierra Maestra, levier et fer de lance de « la Revolucion ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • g.joly1 il y a un mois

    Il y en a qui ont de ces obsessions ....

  • frk987 il y a un mois

    Vous me direz que par rapport à Staline, vraiment un enfant de chœur.....pas vrai le Pape ??????

  • frk987 il y a un mois

    L'Histoire compte 100.000 morts directs et 100.000 morts indirects avec son compère le grand Che...... De quoi faire la une.

  • frk987 il y a un mois

    Fidel Castro, la mort d'un géant de l'Histoire, ou tout simplement d'un grand assassin qui est hélas mort dans son lit.

  • M8252219 il y a un mois

    Armando Lago écrit qu’au moins deux sources différentes ont documenté pour chaque mort, l’assassinat d’environ 97 000 personnes par le régime de Castro. 30 000 exécutées par les pelotons d’exécutions, 2 000 lors d’assassinats extrajudiciaires, 5 000 en prison, battus ou torturés par les gardiens ou refus de soins médicaux, et 60 000 qui ont tenté d’échapper à l’enfer cubain par la mer.