Portrait du GI assassin en héros de guerre frustré

le
0
Robert Bales, qui a tué 16 Afghans, était-il épuisé par de trop longues rotations ?

Sur la base militaire de Fort Leavenworth, au Kansas, à deux pas de la cellule où le sergent Robert Bales est détenu pour le meurtre de 16 civils, perpétré en Afghanistan le 11 mars dernier, se trouve le «Centre des leçons apprises par l'armée améri­caine». Derrière ses murs, on étudie encore l'événement qui devint le symbole de l'enlisement au Vietnam: le lieutenant William Calley ordonna le massacre dit de «My Lai» et y prit part en 1968. Au moins 347 civils furent tués. Révélée un an après par le magazine Life, la tuerie choqua l'opinion américaine et accéléra le mouvement antiguerre.

Quarante-quatre ans plus tard, le cas de Robert Bales deviendra sûrement un cas d'école au Centre des leçons apprises, lors de l'étude du «bourbier afghan». Le portrait qui commence à se dessiner de ce sous-officier de 38 ans en dit long, en effet, sur ce qui a mal tourné en Afghanistan: au bout de dix ans d'une guerre qui a coûté 500 milliards de dollars et fait des

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant