Portrait de Vadim, Ukrainien perdu

le
0
Vadim Koba à Dnipropetrovsk.
Vadim Koba à Dnipropetrovsk.

Dnipropetrovsk, centre de l'Ukraine. Vadim Koba, 32 ans, se tient bien droit pour la photo. Il a même tenu à poser en casquette, "pour faire plus sérieux". Si ce policier au service de l'État ukrainien arbore aujourd'hui une tenue de camouflage aux armes de l'Ukraine en plein centre-ville, c'est parce qu'il sert d'instructeur au bataillon de volontaires Dnepr-1, financé par le milliardaire Igor Kolomoïski, gouverneur de la très riche région industrielle de Dnipropetrovsk. Né à Donetsk et résidant dans la capitale de la république autoproclamée du même nom, Vadim a fui sa ville il y a trois mois dans l'espoir de pouvoir facilement obtenir son transfert à la police de Dnipropetrovsk, la ville où il se trouve actuellement "en exil", comme des dizaines de milliers de civils déplacés par les combats. Mais c'était compter sans la confusion qui règne dans les administrations respectives des deux villes, l'une se trouvant en territoire ukrainien (Dnipropetrovsk), l'autre s'affichant comme capitale d'une république autoproclamée dans laquelle se sont déroulés depuis cet été des combats acharnés, même si, depuis vendredi 5 septembre, un cessez-le-feu semble partiellement respecté.

Après le début des troubles militaires dans sa ville cet été (des combats que la partie ukrainienne appelle pudiquement une "action antiterroriste"), Vadim a décidé de fuir le camp séparatiste pour rejoindre la ville de Dnipropetrovsk et de s'y faire officiellement...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant