Porto, la terre du Milieu

le
0
Porto, la terre du Milieu
Porto, la terre du Milieu

Modifié à plusieurs reprises depuis l'arrivée de Lopetegui à l'Ouest de la péninsule Ibérique, l'entre-jeu est le secteur qui pose le plus de soucis à l'entraîneur espagnol. Aujourd'hui, il semble enfin avoir trouvé la bonne formule. Le trio gagnant s'appelle Neves-Imbula-André André.

En donnant les clés de l'Estádio do Dragão à un Espagnol, ancien gardien du FC Barcelone et grand fan de Pep Guardiola de surcroît, Pinto da Costa savait à quoi s'attendre. Il savait que Julen Lopetegui lui permettrait de faire venir des joueurs espagnols ou ayant évolué en Liga, d'attirer des noms un peu plus ronflants que ceux qui avaient atterri à Porto sous Paulo Fonseca. Mais pas seulement. L'entraîneur basque a redonné les pleins pouvoirs à l'entre-jeu portista, base du jeu de possession qui caractérise l'actuel deuxième de Liga Nos. En début de mandat, il a d'ailleurs commis l'erreur de vouloir donner trop de responsabilités à son milieu, en instaurant un jeu trop axial, trop horizontal et pas assez percutant. Malgré le talent et la créativité de joueurs comme Brahimi, Óliver Torres et Quaresma, Lopetegui s'est vite rendu compte qu'il fonçait droit dans le mur. Son Porto terminait certes ses matchs avec 70% de possession, mais il frappait et marquait peu. De quoi endormir et provoquer l'ire de supporters portistas en manque de beau jeu depuis le départ de Villas-Boas à Chelsea en 2011. À partir de janvier 2015, l'ancien technicien des jeunes de la Roja entame sa rédemption. Son milieu garde les clés du jeu, mais il percute plus, prend plus de risques et écarte sur les côtés, zone de prédilection du traditionnel jeu à la Porto (voire à la portugaise). Problème, avec un effectif surtout taillé pour un football axial, Lopetegui ne peut alors qu'effectuer à moitié une révolution qu'il terminera sur le marché des transferts à l'été 2015. En recrutant portugais (Danilo Pereira, André André) et un peu étranger (Bueno, qui peut aussi évoluer devant, ainsi qu'Imbula), le coach des Azuis e Brancos a complètement bouclé un virage idéologique, qui, s'il a le mérite d'exister, ne sera validé que par le retour des trophées dans le musée du FC Porto.

Imbula monte en puissance


Orphelin d'Oliver et de Casemiro, tous deux retournés à Madrid, le coach des Dragons n'a pas eu d'autre choix que de renouveler son milieu de terrain, à l'exception de la révélation Rúben Neves et du Mexicain Héctor Herrera. Le hic, c'est que ces deux-là rentrent d'un été fatigant (Euro U21 pour le premier et Gold Cup pour le second) et ne peuvent exprimer la pleine mesure de leur talent dès le mois d'août. Tant mieux pour Danilo Pereira, recruté par Porto à Maritimo, et bien évidemment Giannelli Imbula, qui…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant