Porto en quarts en quatre temps

le
0
Porto en quarts en quatre temps
Porto en quarts en quatre temps

Malgré la sortie prématurée de son capitaine Danilo, Porto a aisément obtenu sa qualification sur ses terres. Menée par un Brahimi explosif, un Casemiro dominant et une supériorité technique éloquente, la formation de Julen Lopetegui atteint les quarts de finale de la compétition en montrant ses muscles au reste de l'Europe (4-0).


FC Porto - FC Bâle
(4-0)

Y. Brahimi (12'), H. Herrera (47'), Casemiro (56'), V. Aboubakar (75') pour FC Porto



Yacine Brahimi pour dynamiter le côté gauche. Casemiro pour faire sa loi dans l'axe. Hector Herrera pour construire et créer le mouvement. Christian Tello pour pouvoir accélérer à droite. Et enfin Vincent Aboubakar pour jouer des coudes, créer de l'espace et, pourquoi pas, conclure. Même en l'absence de Danilo, sorti prématurément pour un coup au visage, Jackson Martinez (adducteurs), Quintero, Quaresma et Oliver Torres (remplaçants), Porto a démontré une supériorité technique éclatante face à la bonne organisation et l'intelligence du FC Bâle. En tirant quatre coups de canon depuis l'extérieur de la surface dans le ciel du stade du Dragon, Porto a envoyé un message au reste de l'Europe. Un but par quart d'heure, et autant d'avertissements pour son prochain adversaire. Les Suisses de Paulo Sousa, aussi appliqués que préparés, ne peuvent même pas s'en vouloir.
Le show Brahimi
D'entrée de jeu, les Portugais font comprendre qu'ils ne sont pas venus pour conserver un 0-0 qui suffirait à leur qualification. Le pressing est agressif, la circulation de balle est audacieuse, et le FC Bâle est vite forcé à s'en remettre aux dégagements de Walter Samuel. Mais le jeu des Portugais penche à gauche, loin des débordements de Tello et du capitaine Danilo, et Aboubakar ne sort pas du marquage du Muro Samuel. A la 10ème minute, premier avertissement : Brahimi fonce dans la surface et s'écroule au premier contact avec Xhaka. Deux minutes plus tard, une récupération géniale de Casemiro met Christian Tello à l'entrée de la surface : Samuel ne perd pas de temps et découpe l'Espagnol. Faute. Brahimi pose le ballon, soigne sa course et un coup franc génial sans que Vaclik ait le temps de décoller. 1-0. Quelques minutes après, nouvel événement : un malentendu entre Danilo et Fabiano arrête le jeu. Le choc entre l'épaule du gardien et le visage du capitaine est d'une grande violence et aboutit sur...









Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant