Porteurs, nettoyeurs: des robots font leur apparition en gare

le
1
Porteurs, nettoyeurs: des robots font leur apparition en gare
Porteurs, nettoyeurs: des robots font leur apparition en gare

Un robot pour porter les bagages des personnes à mobilité réduite, un autre pour nettoyer efficacement les halls de gare, un troisième pour aller dénicher les toiles d'araignée: la SNCF explore différentes pistes pour mettre l'innovation robotique au service des usagers.Dès le 1er mars, à la gare de Lyon à Paris, les voyageurs pourront voir s'activer un robot nettoyeur capable de fonctionner tout seul.Il suffira à l'agent de propreté d'appuyer sur un bouton et le robot se lancera dans le nettoyage de la zone demandée.Doté de capteurs et d'une vision à 360 degrés, la machine s'arrête en moins d'une demi-seconde dès qu'elle détecte un obstacle, par exemple un voyageur."Il n'y a aucun risque de collision avec cette autolaveuse automatisée Swingobot", assure Francis Rodrigues, référent pour la France de cette machine intelligente fabriquée par une société américaine et qui vaut "dans les 30.000 euros".Déjà utilisé à l'aéroport de Houston (Etats-Unis) et au Pentagone notamment, le robot vient d'être homologué en Europe.L'exemplaire de la gare de Lyon est le premier à être déployé en Europe, indique Patrick Ropert, directeur général de SNCF Gares & Connexions.Ce robot fait partie des innovations prévues dans le nouveau contrat de prestation de nettoyage confié à la société Sud Services, précise M. Ropert.Autre nouveauté: un robot capable de transporter les bagages des personnes à mobilité réduite. En cours de mise au point par la société de robotique Effidence, une PME de Clermont-Ferrand, il vise à seconder les agents SNCF dans leur tâche d'accompagnement de ces personnes."Actuellement, les agents doivent à la fois les accueillir convenablement, s'occuper de leur chaise roulante et porter les bagages", souligne Cédric Tessier, PDG d'Effidence."Avec le chariot robotisé intelligent qui se chargera des valises, l'agent de la SNCF va pouvoir s'occuper à 100% des personnes à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 il y a 10 mois

    Ben voui la censure : dès qu'un robot coûte moins cher qu'un smic, no problem, le salarié est VIRE.