Porsche 911 Targa : une icône à côté de la plaque

le
0
La Targa a multiplié les versions à arceau, comme ici sur une 911 3.2 l de 1984.
La Targa a multiplié les versions à arceau, comme ici sur une 911 3.2 l de 1984.

lLa Targa, considérée comme un modèle à part entière dans la famille 911, ne représente pourtant que 10 % des ventes, tandis que le cabriolet se taille la part du lion avec 50 % et que le coupé se contente des 40 % restants. Le marché nord-américain, qui reste l'un des plus importants de la 911, est responsable de cette étonnante répartition, la clientèle européenne privilégiant généralement la version coupé des sportives, en principe plus rigide et plus efficace en comportement. Une affaire de personnalitéLes puristes salueront avec enthousiasme le retour d'une vraie Targa au NAIAS 2014 à Detroit. En effet les dernières versions Targa, présentées avec la 911 type 964 en 1995, n'avaient plus grand-chose à voir avec la Targa originelle (cliquez sur le sphotos pour agrandir). Elles avaient recours à un système de toit vitré coulissant sous la lunette arrière, abandonnant le fameux arceau en aluminium brossé qui donnait tout son caractère au modèle. Avantage, on n'avait plus besoin de stocker le toit amovible, comme sur les anciennes Targa, qui prenait une place non négligeable dans le coffre à bagages, déjà mesuré. La nouvelle interprétation de la Targa fait en effet appel à un élément escamotable sous la plage arrière (voir nos article et vidéo). En 1997, la courbure du pavillon plus linéaire avait permis d'optimiser le mouvement du toit vitré, dégageant 0,45 m2 d'ouverture maximale, plus large qu'un simple...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant