Porno sur Internet : « De graves conséquences pour les enfants », estime Brigitte Lahaie

le , mis à jour à 07:24
0
Porno sur Internet : « De graves conséquences pour les enfants », estime Brigitte Lahaie
Porno sur Internet : « De graves conséquences pour les enfants », estime Brigitte Lahaie

Égérie du porno à la fin des années 1970, l’actrice Brigitte Lahaie, 61 ans, anime aujourd’hui une émission quotidienne sur Sud Radio sur les relations amoureuses et sexuelles. Elle est également l’ambassadrice de l’association Ennocence.

 

Pourquoi avez-vous accepté d’être porte-parole de l’association Ennocence ?

BRIGITTE LAHAIE. Je n’ai, jusqu’à maintenant, jamais eu de problème avec le porno et jamais eu envie de le critiquer. Mais, à force d’entendre via les émissions de radio que j’anime des parents complètement perdus face à cette situation, j’ai eu le sentiment d’être obligée de m’investir pour alerter des dangers de ces pratiques publicitaires.

 

Quels sont les dégâts causés par les images pornos visionnées involontairement par des enfants ?

Quand cela arrive à des jeunes de seulement 8, 9, 10 ou 11 ans, elles créent inévitablement de la sidération et un choc psychologique. Car aucun enfant jusqu’à 12 ou 13 ans ne va volontairement sur Internet pour « consommer » du porno. Ou alors, si c’est le cas, il le fait par pure transgression ou par défi entre copains, pas par désir comme peuvent le faire des adultes. Pour des enfants aussi jeunes, être confronté à des images très crues pourrait s’assimiler à de l’abus sexuel ou à de l’abus visuel sexuel. C’est quelque chose de très brutal, qui peut avoir de graves conséquences sur l’équilibre amoureux et sexuel à venir.

 

Pourquoi ces sites de visionnage en streaming de films, séries ou dessins animés ne font-ils pas attention aux publicités qu’ils diffusent ?

Parce qu’ils fonctionnent uniquement grâce à cette publicité et à l’énorme audience qu’ils offrent à ces annonceurs. Ces sites sont illégaux et attirent logiquement des types de messages publicitaires que les sites « normaux » refusent. Parmi ces publicités, celles faisant la promotion des sites pornographiques les plus extrêmes. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant