Pornic : la dernière soirée de Laëtitia se précise peu à peu

le
0
Malgré l'avancée de l'enquête, la fin tragique de cette jeune fille conserve encore des zones d'ombre que les mensonges du principal suspect, Tony Meilhon, ne permettent guère aujourd'hui d'éclairer.

Depuis la découverte, mardi, d'une partie du corps de Laëtitia Perrais dans les eaux d'un étang proche de Nantes (Loire-Atlantique), à Lavau-sur-Loire, le scénario de l'horreur se dessine peu à peu. Mais la fin tragique de cette jeune fille de 18 ans, morte étranglée, conserve encore bien des zones d'ombre que les mensonges et les silences du principal suspect, Tony Meilhon, ne permettent guère aujourd'hui d'éclairer.

D'après nos informations, Laëtitia, qui a disparu dans la nuit du 18 au 19 janvier et qui se trouvait en compagnie de Tony Meilhon, a bien passé un SMS à un ami, William S. Mais elle s'est aussi entretenue par téléphone avec ce dernier.

Elle lui écrit tout d'abord que quelque chose de grave s'est passé. Inquiet, le jeune garçon l'appelle pour s'enquérir de ses nouvelles. C'est alors que la jeune fille lui aurait indiqué de vive voix qu'elle avait été violée. L'entretien a duré quelques secondes. Les bornes téléphoniques activées pa

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant