Popularité : Copé en chute libre, légère hausse pour Fillon

le
0
Popularité : Copé en chute libre, légère hausse pour Fillon
Popularité : Copé en chute libre, légère hausse pour Fillon

La popularité de Jean-François Copé a reculé en un mois de sept points, et celle de Laurent Wauquiez de cinq, pour tomber respectivement à 34% et 47%, alors que les ministres du gouvernement Ayrault «sont nombreux à enregistrer une hausse globale de leur cote d'opinion», selon le baromètre Ifop-Paris Match publié mardi.

Perdant onze places, le président de l'UMP n'arrive qu'en 43e position de ce palmarès mensuel, avec 34% de bonnes opinions au lieu de 41% en avril, et 65% de mauvaises opinions. Au 21e rang, Laurent Wauquiez recule de dix places, avec 47% de bonnes opinions au lieu de 52% en avril, contre 31% de mauvaises opinions.

L'Ifop fait le lien entre cette régression et «la fin du débat sur le mariage pour tous», où les deux hommes ont été en pointe du combat frontal contre la nouvelle législation. Il note que la baisse des deux responsables, qui les ramène à leur niveau d'il y a trois mois, est «particulièrement sensible au sein de leur propre famille politique» (- 14 points chez les sympathisants UMP pour Copé, - 6 points pour Wauquiez).

Rival de Jean-François Copé pour le leadership à l'UMP, François Fillon (10e) progresse de deux points avec 56% de bonnes opinions.

La cote de plusieurs ministres remonte dans les sondages

Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls demeure en tête du classement, avec 65% de bonnes opinions (+ 1), devant la patronne du FMI Christine Lagarde (64%) et le maire de Paris Bertrand Delanoë (63%). Du côté du gouvernement, progressent nettement Michel Sapin (Travail, 60%, + 5 points et + 10 en deux mois), Arnaud Montebourg (Industrie, 53%, + 4), Pierre Moscovici (Economie et finances, 51%, + 5), Aurélie Filippetti (Culture) et Vincent Peillon (Education) avec chacun 50% (+ 4), Fleur Pellerin (35%, + 4), Marisol Touraine (45%, + 7) et Stéphane Le Foll (36%, + 6).

32e de ce palmarès, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault «ne bénéficie pas, quant à lui, de la même dynamique et...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant