Pompiers : affiche choc contre le bizutage

le
0
Un numéro d'alert a été mis en service en réaction à l'affaire de viol présumé qui a secoué les rangs de la brigade de sapeurs-pompiers de Paris. Il suscite déjà des critiques.


Les affiches sont placardés depuis quelques jours dans les casernes de la brigade de sapeurs-pompiers de Paris (BSPP), encore sous le choc de l'affaire de viol présumé d'un membre de l'équipe de gymnastique - dissoute huit jours après les faits par le commandant de la BSPP.

Elles montrent un pompier de dos, à genoux, sur le point de subir les brimades de ses collègues. Sous le titre «Le bizutage, ne tolérons pas ça», un texte explique que celui-ci est «contraire à l'éthique et aux valeurs» de la brigade. Témoins et victimes sont invités à composer un numéro d'alerte interne. «Deux à trois personnes ont été chargés de répondre aux appels et de les remonter à la hiérarchie», précise le porte-parole de la BSPP. Une enquête interne sera ensuite diligentée et, selon ses conclusions, des sanctions prises ou non.

«C'est extraordinaire, les pompiers parlent aux pompiers... les braqueurs parlent aux braqueurs... les violeurs parlent aux violeur

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant