Pompes funèbres : «Repenser tout ce qui est anxiogène»

le
0
INTERVIEW - Les Tombini sont «croque-morts» de père en fils depuis quatre générations. Entretien avec Fabrizio, un des cogérants de l'entreprise familiale.

À Angers, sur les 38 salariés de l'entreprise des Tombini, qui organise pas moins de 500 sépultures par an, 13 sont des membres de la famille. Le savoir-faire des aînés, témoins de l'évolution du métier, et la modernité des plus jeunes, acteurs de sa révolution, ont transformé leurs pompes funèbres en une entreprise au concept et à l'approche innovants.

LE FIGARO - Magasin nouvelle génération, chambres funéraires ultradesign, la révolution des obsèques semble être passée par là...

Fabrizio TOMBINI.- Les funérailles devaient se conformer aux nouveaux codes et nouvelles attentes de la société, se professionnaliser, viser la qualité de service, la transparence, pour relever le niveau de notre métier, de notre image, victime de clichés depuis trop longtemp...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant