Polynésie : pas de grâce pour Flosse, qui perd le pouvoir

le
1
Polynésie : pas de grâce pour Flosse, qui perd le pouvoir
Polynésie : pas de grâce pour Flosse, qui perd le pouvoir

Pas de grâce présidentielle pour Gaston Flosse. Le président de la Polynésie française, âgé de 83 ans, a perdu le pouvoir vendredi soir en raison d'une condamnation à quatre ans d'emprisonnement avec sursis, 125 000 ¤ d'amende et 3 ans d'inéligibilité dans une affaire d'emplois fictifs, a annoncé le service de communication de la présidence locale.

Cette peine avait été confirmée en cassation le 23 juillet. Vendredi, le président de la République, François Hollande, a refusé la demande de grâce faite par Gaston Flosse. Ce rejet a été transmis par le parquet général. Le haut-commissaire de la République a ensuite notifié sa démission d'office à Gaston Flosse, en mains propres, ce qui entraîne la perte de son mandat de président de la Polynésie française. 

Son mandat de sénateur (DVD), en revanche, dépend d'une procédure qui relève du Sénat, du Conseil Constitutionnel et du ministère de la Justice. Par ailleurs, la demande de grâce de Bruno Sandras, un maire polynésien condamné dans la même affaire, a également été rejetée.

Son ancien gendre va lui succéder

Gaston Flosse conserve la possibilité de déposer un référé suspension devant le Conseil d'Etat. Malgré tout, selon le haut-commissariat, l'inéligibilité du président polynésien est immédiate. Le vice-président, Nuihau Laurey, va assurer les affaires courantes, jusqu'à l'élection d'un nouveau président par l'assemblée de la Polynésie française.

Cette élection est sans suspense : Gaston Flosse a plusieurs fois annoncé que son ex-gendre, Edouard Fritch, lui succèderait. Leur parti dispose d'une large majorité à l'assemblée avec 38 sièges sur 57. Edouard Fritch, actuel président de cette assemblée, doit laisser le perchoir au ministre du Logement, Marcel Tuihani, un autre proche de Gaston Flosse.

Président de la Polynésie française entre 1984 et 1987, puis de 1991 à 2004, Gaston Flosse a ensuite connu neuf ans de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • j.delan le samedi 6 sept 2014 à 14:54

    Gracier 2 élus de droite, vous n'y pensez pas; Quant aux élus de gauche leurs cas sont toujours très long à traiter avant...... qu'il ne puissent demander une grace.