Polynésie : levée de l'immunité parlementaire du sénateur Gaston Flosse

le
0
Polynésie : levée de l'immunité parlementaire du sénateur Gaston Flosse
Polynésie : levée de l'immunité parlementaire du sénateur Gaston Flosse

Le bureau du Sénat a levé ce mercredi l'immunité parlementaire du sénateur de Polynésie Gaston Flosse, ex-UMP, déjà poursuivi dans plusieurs affaires et qui vient d'être mis en examen pour détournement de fonds publics.

12 membres du bureau ont voté pour, les 14 autres n'ont pas pris part au vote, ce qui revient de fait à une majorité des votes exprimés. Le bureau a ainsi accédé à la demande du juge d'instruction d'un placement en garde à vue de Gaston Flosse, également président de la Polynésie française.

Dans l'hypothèse de sa mise en examen, le bureau a également autorisé la mesure de contrôle judiciaire qui consiste à lui interdire de communiquer avec les autres personnes mises en examen ou impliquées dans l'affaire.

Une histoire d'approvisionnement en eau de la villa de Flosse

Gaston Flosse, 82 ans, avait été mis en examen courant février pour détournement de fonds publics, de même que le président de l'Assemblée de la Polynésie et dauphin en politique Édouard Fritch. Ils sont soupçonnés d'avoir fait supporter à la commune de Pirae l'approvisionnement en eau de la villa de Gaston Flosse, située sur une commune voisine, Arue.

Le pompage de cette eau pour l'acheminer vers la villa de Gaston Flosse, puis vers 22 autres villas bâties par la suite, a généré «des frais d'électricité et d'entretien colossaux», selon la Chambre territoriale des comptes, une émanation locale de la Cour des Comptes. De source proche de la mairie, ils sont estimés à environ 10 millions de francs Pacifique par an, soit 84 000 euros, en plus des travaux initiaux.

Gaston Flosse a été maire de Pirae de 1965 à 2001, et Édouard Fritch, son ex-gendre, lui a succédé jusqu'en 2008. Il avait été battu alors par Béatrice Vernaudon, mais lui a repris les clés de la mairie le 23 mars, dès le premier tour des municipales. Edouard Fritch s'était étonné de sa convocation par le juge «à la veille d'élections ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant