Polynésie : Gaston Flosse mis en examen et placé sous contrôle judiciaire

le
4
Polynésie : Gaston Flosse mis en examen et placé sous contrôle judiciaire
Polynésie : Gaston Flosse mis en examen et placé sous contrôle judiciaire

Les ennuis judiciaires continuent pour Gaston Flosse. L'ex-président de la Polynésie française Gaston Flosse, 83 ans, a été mis en examen jeudi soir et placé sous contrôle judiciaire pour recel de détournement de biens publics commis par particulier en état de récidive légale, a indiqué le Parquet.

En cause : la luxueuse vaisselle de la présidence, qui a été apportée à son domicile par sa compagne Pascale Haiti, 42 ans, alors qu'il avait perdu ses mandats. Ce service de luxe, qui comprend des assiettes en porcelaine de Limoges portant les armoiries de la Polynésie française, de l'argenterie et des verres en cristal, est estimé par le Parquet à «6 millions de francs Pacifique» (50.000 Euros). Gaston Flosse et sa compagne encourent sept ans d'emprisonnement et 100.000 Euros d'amende. 

Du «mobilier public» selon le procureur

Gaston Flosse avait perdu tous ses mandats le 5 septembre, après avoir été condamné à trois ans d'inéligibilité dans une affaire d'emplois fictifs. Quelques jours après, selon le Parquet, sa compagne Pascale Haiti était venue chercher la vaisselle de la présidence. Une partie du service avait été retrouvée à leur domicile, et une autre dans une salle à manger de l'assemblée utilisée par l'ex-président.

Déjà inéligible avant cette affaire et déchu de ses mandats de président de la collectivité et de sénateur (dvd), le «vieux lion», comme on le surnomme en Polynésie, ne peut plus, en vertu de son contrôle judiciaire, se rendre à la présidence et à l'assemblée, où il occupe un poste de conseiller de son groupe politique. Cette mesure lui interdit également de rencontrer certaines des principales personnalités de la collectivité, comme les présidents de ces deux institutions.

Avant son placement en garde à vue jeudi matin, Gaston Flosse assurait être en possession des factures de ce service qu'il considère comme une propriété personnelle. Pour le procureur José ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le vendredi 12 déc 2014 à 11:00

    Et UN qui s’en bat les K… :F Hollande, 32 ans de droits pour 3 ans de travail à la Cour des comptes. Soit une retraite de 5 000 €/ bruts/mois; s'ajoutent 6 000 € / fonctions locales, puis 6 800 €/ fonctions de parlementaire, et 6 000 €/ retraite de Pdt de la République et encore 12 000 € (futur) membre du Conseil constitutionnel !...Soit + de 35 000 €/mois. Belle la vie de nos Elus politicards mafieux...Moyenne en France: 1 200 €?... ça interpelle sur les prochains votes !...

  • mlaure13 le vendredi 12 déc 2014 à 11:00

    Il existe encore , ce ma-fieux ?...

  • M3155433 le vendredi 12 déc 2014 à 10:15

    depuis le temps qu'il traine des affaires !! , il est abonné comme le reste des politiciens aux non lieus ...... le controle judiciare a 83ans , va vitre etre effacé . L'impunité politique doit etre la regle française

  • M6437502 le vendredi 12 déc 2014 à 10:12

    Il serait bon que l'on s'intéresse au Mobilier National et que l'on recherche les objets manquants.Et là,les vols et détournements sont d'une toute autre ampleur.Mais personne n'ose entreprendre cette mise à jour de tous les forfaits commis par des membres de tous les partis depuis des décennies.Ce sont les français qui sont lésés après avoir payé grassement les mauvais services que ces gens ont rendu.