Pologne-Le chef du PiS rejette critiques et exigences de l'UE

le
1
    BERLIN, 28 juillet (Reuters) - Le chef de file du parti 
Droit et justice (PiS, eurosceptique) au pouvoir en Pologne a 
rejeté jeudi une exigence formulée mercredi par la Commission 
européenne, estimant que l'exécutif de l'UE outrepassait là les 
limites de ses prérogatives. 
    La Commission a demandé mercredi aux autorités polonaises de 
mettre en oeuvre dans un délai de trois mois des mesures 
assurant la protection des pouvoirs du Tribunal constitutionnel. 
    "Ce processus est totalement étranger au traité européen", 
déclare Jaroslaw Kacyznski dans une interview que publie jeudi 
le quotidien allemand à grand tirage Bild. "Ce n'est qu'un voeu 
pieux, pour le bon plaisir de la Commission européenne et de ses 
bureaucrates". 
    Depuis qu'il a remporté les élections législatives d'octobre 
dernier, le PiS a imposé au Tribunal constitutionnel et à la 
radiotélévision nationale des réformes qui, aux yeux de la 
Commission européenne, révisent à la baisse les critères de l'UE 
en matière de démocratie. 
    La Constitution polonaise de 1997 confère au Tribunal 
constitutionnel le pouvoir de bloquer une loi approuvée par le 
parlement et par le chef de l'Etat, mais le parlement contrôlé 
par le PiS a approuvé en décembre dernier une loi stipulant 
qu'il faudrait désormais une majorité des deux tiers au sein du 
Tribunal constitutionnel pour s'opposer à une loi. 
    Sous la pression de l'UE, le parlement polonais a décidé la 
semaine dernière d'en revenir à la majorité simple qui prévalait 
avant la loi votée en décembre, mais il a ajouté une clause 
permettant de repousser toute décision du Tribunal 
constitutionnel de six mois sur simple demande d'au moins quatre 
de ses 15 juges. 
    "La Pologne est un Etat souverain. Nous voulons les mêmes 
droits que l'ensemble des autres pays de l'UE. Pas plus, pas 
moins", déclare le chef du PiS dans l'interview à Bild. 
    Jaroslaw Kacyznski ajoute que la Pologne reste attachée à 
son adhésion à l'UE et il dit ne pas s'attendre à la tenue d'un 
référendum comme celui par lequel, le 23 juin, les Britanniques 
ont choisi de se retirer du bloc européen. 
    "Quatre-vingt dix pour cent des citoyens s'opposeraient à un 
retrait (de l'UE). Nous, les Polonais, sommes et restons des 
Européens convaincus", déclare Kacyznski.  
 
 (Andrea Shalal; Eric Faye pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 il y a 10 mois

    On peut et on doit être pro-européen, sans pour autant être constamment en génuflexion devant les aberrations des politicards casés et non élus de Bruxelles...:-(((