Pollution : la préfecture de Paris annule l'interdiction des feux de cheminée

le
5
Pollution : la préfecture de Paris annule l'interdiction des feux de cheminée
Pollution : la préfecture de Paris annule l'interdiction des feux de cheminée

Chose promise... Alors que les feux de cheminée en «foyers ouverts» devaient être interdits à compter du 1er janvier 2015 à Paris et dans 435 communes de la région parisienne pour réduire les émissions de particules fines, Ségolène Royal, la ministre de l'Ecologie avait promis d'abroger cette interdiction. C'est chose faite. La préfecture de Paris, selon France Info, a pris lundi un arrêté annulant l'interdiction des feux de cheminée. D'ici 15 jours, les préfets des autres départements d'Ile-de-France devraient faire de même.

Si sur le ton de la plaisanterie, Ségolène Royal avait affirmé avoir «retabli la liberté», elle jugeait surtout cette décision «ridicule». «Il faut être un peu raisonnable. Je ne suis pas favorable à une société des interdictions. Celle-ci paraît excessive. Je suis pour qu'on encourage les gens à prendre conscience de la pollution mais (...) je ne veux pas que ce soit par une décision trop schématique, un peu absurde», avait-elle lancé. Même si «ça partait d'un bon sentiment», précise-t-elle à l'attention des élus d'Île-de-France qui ont sollicité la préfecture. «Il faut aussi arrêter d'embêter les gens et laisser un peu de liberté, un peu de respiration, un peu d'espace», a encore dit la ministre.

Ségolène Royal contre l'interdiction des feux de cheminée

Selon elle, les chiffres sur la pollution des feux de cheminée avancées par Airparif sont «complètement faux». Selon cet organisme, ces feux seraient les premiers responsables de la pollution majeure sur l'Ile-de-France. «On nous a même fait croire que ça polluait plus que les voitures au Diesel !» s'était étonné, la ministre. J'ai été moi-même très surprise, surtout des chiffres qui ont été utilisés.»

A l'inverse, pour justifier cette interdiction la Driee (Direction régionale et interdépartementale de l'environnement et de l'énergie) avait mis en avant un enjeu sanitaire. «La concentration en ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le mardi 30 déc 2014 à 11:12

    Mort de rire M82..., depuis que des écolos ont gagné ma bonne ville, les capteurs sont au niveau des pots d'échappement, certes , vous me direz c'est la hauteur d'une poussette pour enfant. On fait dire ce que l'on veut aux chiffres de la pollution....

  • M8252219 le mardi 30 déc 2014 à 11:08

    pichou59 il y à une méthodologie à appliquer pour faire des statistiques:les heures et les jours les lieux et les hauteurs de prélèvement et après on peut faire dire aux chiffres tout et son contraire.ÇA C'EST DE LA POLITIQUE.

  • frk987 le mardi 30 déc 2014 à 10:51

    Au fait, concrètement comment nos socialos comptaient faire appliquer cette loi ??? Un commissaire de police dûment mandaté par un juge allait perquisitionner les logements..au cas où un feu aurait été allumé dans une cheminée.... Incroyable de stupidité...à moins que le concierge ne devienne un commissaire du peuple.....

  • pichou59 le mardi 30 déc 2014 à 10:07

    c'est dingue de dire que les chiffres d'Airparif sont «complètement faux»!!!. et de sortir : "décision «ridicule». «Il faut être un peu raisonnable". la langue de bois!! le personnel ne doit pas trop apprécier

  • M8252219 le mardi 30 déc 2014 à 09:23

    La Hidalgo avait promis (bis) d'interdire les feux à Paris(bis) mais son coup à ratée,Ségo la rattrapée:Dansons la Carmagnole ....