Pollution en Côte d'Ivoire : deux ONG réclament justice

le
0
Au terme d'une enquête, Amnesty International et Greenpeace réclament que soient jugés les responsables du déversement sauvage d'une cargaison de déchets toxiques à Abidjan, qui avait provoqué 17 morts et des milliers d'intoxications en 2006.

Dans la nuit du 19 au 20 août 2006, le cargo Probo Koala dispersait plus de 500.000 litres de résidus toxiques à Abidjan, la plus grande ville de Côte d'Ivoire. Selon les autorités ivoiriennes, les émanations de gaz mortels provoquées par ce déchargement sauvage ont causé la mort de 17 personnes et près de 100.000 intoxications. Six ans plus tard, justice n'a toujours pas été rendue, affirment Amnesty International et Greenpeace.

Dans un rapport de 250 pages, intitulé «Une vérité toxique», les deux ONG présentent les conclusions de leur enquête sur «la succession tragique des défaillances à l'origine d'un désastre sanitaire, politique et environnemental» en Côte d'Ivoire. Il en ressort que les victimes n'ont pas été entièrement indemnisées et que les responsables n'ont pas été punis.

En ligne de mire principale, la multinationale de courtage pétrolier et de transport maritime Trafigura, affréteur du Probo Kolala. Pour les deux ONG, la société a pris «

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant