Pollution en Chine : les Pékinois invités à? rester chez eux

le
0
La pollution atmosphérique à Pékin et Shangai pourrait amener les pouvoirs publics à repenser le modèle de développement chinois
La pollution atmosphérique à Pékin et Shangai pourrait amener les pouvoirs publics à repenser le modèle de développement chinois
Les autorités paraissent à présent dépassées?

Ayant manifestement pris la mesure de la colère de ses concitoyens et des médias, la municipalité de Pékin (Chine) a, on l'a vu, pris plusieurs décisions pour (tenter de) réduire l'omniprésente pollution atmosphérique, « star » incontestée de ce début d'année dans l'Empire du Milieu. Au point d'avoir déclenché un tollé d'envergure nationale et de graves interrogations quant au modèle économique en vigueur, lequel s'est vu explicitement reprocher, à juste titre, on en conviendra, de négliger la protection de l'environnement et des populations.

S'achemine-t-on vers une « révolution verte » ? Le pouvoir central peut-il ? et veut-il ? repenser ledit modèle, dans un contexte de forte croissance démographique, donc de hausse substantielle de la demande énergétique, et alors que la Chine est en passe de devenir la première puissance économique de la planète (elle détient déjà, rappelons-le, le leadership mondial en matière de rejets de gaz à effet de serre) ? Dans la capitale, la fermeture temporaire d'usines polluantes, l'interdiction de certaines catégories de véhicules, le retrait de la circulation d'environ cent quatre-vingt-mille d'entre eux cette année, la proscription de la construction de nouvelles cimenteries et aciéries, le remplacement de systèmes de chauffage au charbon par des équipements écologiques dans quarante-cinq mille logements
Lire la suite
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant