Pollution aux hydrocarbures : le littoral corse échappe au pire

le
0
Pollution aux hydrocarbures : le littoral corse échappe au pire
Pollution aux hydrocarbures : le littoral corse échappe au pire

L'importante nappe d'hydrocarbures de 43 km de long sur 1 km de large répérée lundi par un hélicoptère des Douanes au large de la côte occidentale de la Corse ne menace pas la réserve naturelle de Scandola, a assuré hier soir la préfecture maritime de Méditerranée.

Cette nappe avait été repérée à la mi-journée par un hélicoptère des douanes françaises entre L'Ile Rousse, au nord, et Girolata au sud.

Le risque était de voir la nappe se diriger vers la côte, notamment dans la réserve naturelle de Scandola, classée au patrimoine mondial de l'Unesco.

Un vent de nord-est a toutefois éloigné la nappe en fin d'après-midi et le vent de terre attendu en soirée devrait renforcer le mouvement.

Aucune pollution grave «n'est à craindre», a affirmé lundi soir un porte-parole de la préfecture maritime.

Sans se prononcer sur l'origine de la pollution, il a ajouté que des prélèvements allaient être effectués par un remorqueur de la Marine nationale, le Jason, bâtiment d'assistance, de soutien et de dépollution, venant de Toulon et arrivé sur zone en fin de journée.

Ce bâtiment spécialisé a commencé à disperser des produits destinés à diluer la nappe tout en brassant la mer.

Les prélèvements effectués seront analysés et remis à l'autorité judiciaire compétente.

Selon la direction de la réserve de Scandola, cette nappe provient certainement d'un dégazage illégal en mer d'un navire comme cela se produit fréquemment en Méditerranée.

La nappe serait essentiellement composée de produits volatils et seulement pour 10 à 20% d'hydrocarbures lourds, selon certains témoins, ce qui permettrait d'éviter une pollution massive.

La lutte contre la pollution du littoral occidental de la Corse serait très difficile dans ce secteur où la côte est extrêmement découpée et rocheuse, compliquant l'accès au rivage et l'installation de dispositifs de protection comme dans les zones de plages.

Un ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant