Pollution au diesel : 19.000 par an en Europe

le
0
Une réduction des émissions de ces particules fines déclarées «cancérogènes certains» par l'OMS allongerait l'espérance de vie de plusieurs mois. Mais les efforts en France sont insuffisants.

Il n'y a plus aucun doute pour les experts du Centre international de recherche sur le cancer de l'OMS: les gaz d'échappement des moteurs Diesel jouent un rôle certain dans le développement de cancers du poumon et peut-être de la vessie. Responsable de l'émission de particules fines et de monoxyde d'azote, les moteurs Diesel étaient classés depuis 1989 avec les «carcinogènes probables».

Pour arriver à cette conclusion, les experts se sont réunis pendant une semaine pour revoir toutes les études publiées sur le sujet. Ce n'est pas une surprise pour le Pr William Dab, titulaire de la chaire hygiène et sécurité du Conservatoire national des arts et métiers: «C'est la suite logique d'un long travail scientifique. À la fin des années 1990, il y avait déjà une accumulation d'arguments pour la carcinogénicité des particules fines, mais on n'avait pas beaucoup d'explications sur le mécanisme d'action.» Dès 2001, il écrivait avec ses collègues dans une revue inte

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant