Politique économique : haro sur l'Allemagne

le
2
La croissance dépendra de la capacité de la zone euro à coordonner sa politique budgétaire.
La croissance dépendra de la capacité de la zone euro à coordonner sa politique budgétaire.

Quel sera le niveau de croissance de la prochaine décennie ? C'est la question que s'est posée France Stratégie, le centre de réflexion non partisan du gouvernement, dans le premier volet d'une série de notes censées éclairer le débat sur les projets lors de la campagne présidentielle.

Et la conclusion de ce travail rédigé par l'économiste Arthur Sode n'est pas très optimiste. Alors que la logique économique voudrait que la croissance dans les économies avancées reparte fortement après une décennie post-crise financière perdue (1,1 % de croissance moyenne), le rebond est loin d'être assuré au cours des deux quinquennats potentiels d'un futur président français de 2017 à 2027. Le prochain chef de l'État ne pourra toujours pas miser sur un retour cyclique à 2 ou 2,5 % pour bâtir son programme, comme l'avait fait François Hollande en 2012. Une erreur qui a plombé le mandat de l'actuel locataire de l'Élysée.

Vieillissement de la population

Il est beaucoup plus probable qu'il doive se contenter d'un PIB en hausse de 0,5 à 2 %, un scénario central peut-être encore trop optimiste. La croissance potentielle pourrait avoir été durablement affaiblie en zone euro par la profondeur et la durée de la crise, qui a exacerbé le chômage de longue durée et un sous-investissement prolongé.

Plusieurs autres freins structurels devraient tirer la croissance des pays avancés...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pallach il y a 9 mois

    Au contraire, les allemands DOIVENT investir pour construire les portefeuilles qui paieront les retraites de leur population vieillissante.

  • umrk il y a 9 mois

    Les allemands ont fait le choix du suicide démographique. C'est leur problème, qu'ils assument.