Politique d'éducation : la France échappe au bonnet d'âne

le
0
Selon le rapport, la France pourrait améliorer ses résultats en augmentant légèrement la rémunération des enseignants de 25 940 euros à 26 275 euros, ou en réduisant légèrement le ratio
Selon le rapport, la France pourrait améliorer ses résultats en augmentant légèrement la rémunération des enseignants de 25 940 euros à 26 275 euros, ou en réduisant légèrement le ratio

Pour une fois, la France n'est pas considérée comme un cancre dans une étude internationale sur son système éducatif. Un nouveau classement établit un "indice d'efficience" des systèmes éducatifs, et les trie selon le meilleur rapport qualité/prix. Cette étude, menée par des professeurs d'économie de l'université de Malaga, de celle du Sussex et de la London School of Economics, a été commandée par Gems, un cabinet anglais de conseils sur l'éducation. Elle livre une analyse détaillée de l'efficience avec laquelle les budgets destinés à l'éducation sont utilisés dans trente pays de l'OCDE. En somme, quels sont ceux qui génèrent le meilleur retour éducatif pour chaque dollar investi dans la rémunération des enseignants (qui représente environ 80 % des dotations réservées à l'éducation), et les résultats scolaires. La France, plus "efficiente" qu'efficace Le rapport conclut à une classification des pays en cinq groupes. Parmi les plus performants, à la fois excellents en matière de qualité des résultats (l'efficacité du système) et de l'efficience des budgets alloués à l'éducation, on retrouve les meilleurs du classement Pisa (l'évaluation par l'OCDE du niveau de connaissances des élèves de 15 ans) : la Finlande, le Japon et la Corée. Dans une moindre mesure, l'Australie, la République tchèque ou la Nouvelle-Zélande sont à la fois efficientes et efficaces. À l'autre bout du spectre, certains pays sont diagnostiqués...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant