Policiers tués dans les Yvelines : la droite demande des comptes au gouvernement

le , mis à jour à 19:40
1
Policiers tués dans les Yvelines : la droite demande des comptes au gouvernement
Policiers tués dans les Yvelines : la droite demande des comptes au gouvernement

Ce mardi en tout début de matinée, François Hollande a tenu une réunion d'urgence à l'Elysée, consacrée au double assassinat par Larossi Abballa de deux policiers à leur domicile de Magnaville (Yvelines). Bernard Cazeneuve a défendu l'action du gouvernement en matière de lutte antiterroriste, soulignant les «formes diverses» que prend désormais la menace, rendant cette lutte complexe. Ce préalable n'a pas été suffisant pour s'épargner les critiques de l'opposition.

 

Policiers tués : suivez l'évolution de la situation en direct

 

«Le gouvernement ne protège pas les Français, dénonce ainsi Marine Le Pen. La vraie lutte contre le fondamentalisme n'a pas été engagée», affirme la présidente du Front national dans une vidéo publiée sur Facebook. « Le massacre de ce couple de policiers devant leur bébé est le crime de trop. La lutte, implacable, contre l'islamisme, doit enfin commencer», enchérit-elle sur Twitter.

 

Le massacre de ce couple de policiers devant leur bébé est le crime de trop.La lutte, implacable,contre l'islamisme doit enfin commencer MLP

— Marine Le Pen (@MLP_officiel) 14 juin 2016

 

«Combien faudra-t-il de morts pour que les islamistes fichés S soient définitivement mis hors d'état de nuire ?» assène de son côté sur Twitter la députée frontiste Marion Maréchal-Le Pen.

 

Combien faudra-t-il de morts pour que les islamistes fichés S soient définitivement mis hors d'état de nuire ? #Magnanville

— Marion Le Pen (@Marion_M_Le_Pen) 14 juin 2016

 

 

Le candidat à la présidentielle Jean-Luc Mélenchon a appelé à «s'interroger sur la faiblesse du renseignement humain» en France «qui aura permis au meurtrier pourtant signalé de préparer son coup et de le réaliser sans qu'aucune alerte soit donnée», écrit-il sur sa page Facebook. Et le co-fondateur du Parti de gauche d'asséner qu'il «est temps de réserver les moyens de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • lecoy81 il y a 7 mois

    vivement le 17 juin 2017, marine vite