Policiers et pompiers de Paris préparent les citoyens à réagir au mieux en cas d'attentat

le
0
Initiation aux gestes qui sauvent, samedi 30 janvier, à la caserne de Montmartre, à Paris.
Initiation aux gestes qui sauvent, samedi 30 janvier, à la caserne de Montmartre, à Paris.

Depuis le 16 janvier, les sapeurs-pompiers de Paris initient des volontaires aux gestes qui sauvent en « situation exceptionnelle ». Une idée inspirée par les attentats du 13 novembre, qui s’étendra dès samedi à la petite couronne parisienne et à l’ensemble du territoire.

Une femme affolée appelle les pompiers : elle vient d’assister à une fusillade dans un café, à Paris, il y a de nombreuses victimes. Au bout du fil, un homme lui donne les premières consignes. Et là voilà qui court, seule, au-devant des blessés, évalue leur état et procède à quelques gestes précis pour qu’ils survivent jusqu’à l’arrivée des secours. Mise en scène en images de synthèse, cette séquence imaginaire projetée d’entrée aux douze citoyens venus s’initier aux « gestes qui sauvent », ce samedi 30 janvier dans la caserne de Montmartre, glace l’atmosphère. « Ça m’a complètement remis dans ce qui s’est passé le 13 novembre, résume Virginie, 32 ans, qui s’est inscrite avec une amie par Facebook. Ce n’était pas réaliste au niveau des images, mais très réaliste au niveau de la situation. » Une façon de rappeler à ceux qui n’en avaient pas assez conscience qu’ils étaient bien là pour apprendre à réagir en « situation grave exceptionnelle ». Comprendre en « zone de guerre ».

Lancées le 16 janvier dans six casernes parisiennes, à raison de deux sessions de quinze participants chaque samedi après-midi, ces séances d’initiation de deux heures, gratuites, sont une idée du général Philippe Boutinaud, chef de la brigade des sapeurs-pompiers de Paris (BSPP). Dans les retours d’expérience qu’ont réalisés les services de secours intervenus la nuit des attentats qui ont fait 130 morts, le 13 novembre, à Paris et Saint-Denis, il est apparu nécessaire de renforcer la capacité du cito...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant