Policiers en colère : Hollande recevra leurs syndicats en début de semaine

le
4
Policiers en colère : Hollande recevra leurs syndicats en début de semaine
Policiers en colère : Hollande recevra leurs syndicats en début de semaine

La nouvelle est tombée à 1h53 dans la nuit de jeudi à vendredi, alors qu'à Paris, Lyon, Bordeaux, Brest, Evry, Bobigny, les policiers s'étaient réunis pour la quatrième soirée consécutive, dans le but de dénoncer leur manque de moyens. Le président François Hollande a annoncé ce vendredi qu'il recevrait les organisations professionnelles de policiers en «début de semaine». 

 

« Il est très important que nous puissions donner une perspective et une réponse immédiate, et donc que les policiers sachent bien que le gouvernement et le président de la République sont dans une démarche de dialogue. (...) Je recevrai les organisations représentatives de policiers dans le début de semaine », a affirmé le chef de l'Etat lors d'un point presse à l'issue de la première journée d'un sommet européen à Bruxelles.

 

Un peu plus tôt dans la soirée, près de 500 policiers ont défilé à Paris, environ 800 à Lyon, 200 à Marseille. Des manifestations ont aussi eu lieu en banlieue parisienne et dans plusieurs grandes villes du sud-ouest comme Toulouse ou Bordeaux. Le mouvement de protestation est né après une violente attaque au cocktail Molotov contre quatre policiers à Viry-Châtillon (Essonne) le 8 octobre.

 

« Je sais qu'il y a ce malaise qui est profond, qui est d'ailleurs depuis longtemps chez nos fonctionnaires de police et les gendarmes », a reconnu le président, saluant le « travail remarquable » des policiers face à « une pression considérable ». « Ce qui s'est produit dans l'Essonne est à tous égards insupportable puisque des policiers ont été attaqués et auraient pu être tués, c'était sans doute l'intention de ceux qui s'en sont pris à ces forces de l'ordre », a-t-il dénoncé, évoquant de manière générale des « conditions (de travail) de plus en plus difficiles, avec une violence qui est là ».

 

En octobre 2015, après les attentats de Charlie Hebdo et l'Hyper Cacher, mais ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M898407 il y a un mois

    Ce gouvernement et son "pseudo-président" ont réussi l'exploit de se mettre à dos la France entière, y compris ceux qui sont censés représenter l'ordre dans le pays ! Ce n'est plus seulement une sanction électorale qui les attend mais sans doute un jugement au tribunal....

  • pichou59 il y a un mois

    j'ai mal à ma France?

  • bordo il y a un mois

    Je me demande vraiment pourquoi ils vont voir le pantin. Il va leur dire des trucs, faire un discours et ce sera de nulle conséquence.

  • sense78 il y a un mois

    Il veut jouer au Patron alors qu'il n'a plus (et n'a même jamais eu) la main sur quoi que ce soit. Il ne suffit plus de faire une table ronde ou de nommer une commission: il faut modifier en profondeur le fonctionnement de la Justice et adapter nos lois à ce monde de violence et d'absence totale d'autorité.