Police et gendarmerie : Valls débloque 111 millions d'euros

le
1
Police et gendarmerie : Valls débloque 111 millions d'euros
Police et gendarmerie : Valls débloque 111 millions d'euros

Opération déminage. Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a annoncé jeudi le déblocage de 111 millions d'euros pour la police et la gendarmerie après que plusieurs voix se sont élevées pour dénoncer les difficultés budgétaires touchant les deux forces. Traditionnellement, les crédits bloqués en début d'année pour faire face à d'éventuels aléas sont toujours dégelés avant la fin de l'année.

Le directeur général de la gendarmerie nationale (DGGN), Denis Favier, était monté au créneau devant la commission de la Défense de l'Assemblée à la mi-octobre, évoquant la «situation difficile» de son institution du fait des restrictions budgétaires imposées par Bercy. Il avait notamment souligné qu'«aucune commande de véhicules (n'avait) pu être passée», ni d'ordinateurs, expliquant avoir des difficultés «pour assurer les paiements (...) incontournables» comme «les dépenses d'énergie». Plusieurs syndicats de police lui avaient emboîté le pas, assurant que la police rencontrait des difficultés similaires, liées également aux gels des crédits pour la fin de l'année 2013.

Ce que va financer cet argent

Rappelant que la «sécurité de nos compatriotes» était une priorité du président de la République, François Hollande, Manuel Valls a donc annoncé que le Premier ministre avait décidé de «dégeler 111 millions de crédit», octroyant ainsi aux deux forces «les moyens nécessaires à leur fonctionnement jusqu'à la fin de l'année». Quant à la répartition de cette somme, le ministre «y travaille encore».

Concrètement, ces crédits sont destinés à donner les moyens nécessaires au fonctionnement de la police et de la gendarmerie (carburant, équipements de protection, tenues...), à soutenir l'engagement des forces mobiles (CRS et gendarmes mobiles), à soutenir les investissements nécessaires à la montée en puissance du renseignement intérieur et à améliorer le parc automobile de la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 le jeudi 31 oct 2013 à 17:04

    C'est peut être en vue des risques de révoltes populaires, tète en l'air!!!!!