Polémique sur la «fuite d'eau» : depuis le Maroc, Sarkozy répond à la gauche

le , mis à jour à 13:46
6
Polémique sur la «fuite d'eau» : depuis le Maroc, Sarkozy répond à la gauche
Polémique sur la «fuite d'eau» : depuis le Maroc, Sarkozy répond à la gauche

«Chacun comprendra la réserve que je dois avoir», prévient d'entrée de jeu Nicolas Sarkozy. Histoire de dire qu'il ne commentera pas les affaires françaises depuis l'étranger, comme c'est de coutume, et qu'il s'aventurera encore moins dans une quelconque forme de diplomatie parallèle. Mais chassez le naturel... et il revient au galop. Dimanche soir à Casablanca, devant 400 Français expatriés au Maroc, dont une bonne partie avait sa carte aux Républicains, l'ancien chef de l'État n'a pas attendu longtemps avant d'endosser ses habits d'opposant à François Hollande. Cette réunion, organisée à la tombée de la nuit pour cause de ramadan, inaugurait un déplacement officiel de deux jours, qui se poursuivra aujourd'hui par des rencontres avec le ministre des Affaires étrangères, le chef du gouvernement et surtout le roi Mohamed VI, un ami personnel de Nicolas Sarkozy.

Très sévère à l'égard de la politique étrangère de son successeur, l'ancien locataire de l'Élysée a donc multiplié les piques. «La France a-t-elle les moyens de donner des leçons ? Pas en ce moment», tacle ainsi Sarkozy, qui n'a pas digéré les critiques de la gauche, trois jours plus tôt, après sa comparaison entre les migrants et une fuite d'eau. De migrants justement, il est question ce dimanche soir quand un sympathisant l'interpelle dans la salle sur le problème de l'immigration venue d'Afrique et du Maghreb. Sarkozy expose son idée d'un nouveau Schengen, pose la question de l'assimilation et de l'intégration, puis revendique le droit de traiter ce sujet : «Je refuse qu'on dise que prononcer le mot immigration, quand on est chez les Républicains, soit une forme de xénophobie ou de racisme !», lance-t-il en agitant les bras.

 «Valls ? Vu le volume sonore en ce moment, il doit être stressé»

En privé, le patron des Républicains joue même l'étonnement sur l'ampleur de cette polémique : «Oser dire que je compare les migrants à une fuite d'eau, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bordo le lundi 22 juin 2015 à 16:57

    Une polémique factice montée comme l'écume dont elle a la consistance par une presse aux ordres du pouvoir.

  • M7163258 le lundi 22 juin 2015 à 16:21

    M3121282 Hollande ne voulait- il pas faire de même en Syrie ? A l'époque tous les expert étaient pour une intervention en Libye ! Et puis toujours tout comparer et ramener à un seul sujet de prédilection n'a jamais fait avancer les débats... Comparaison n'est pas raison mais pour des militants de base: la raison! qu'est- ce que c'est???

  • M7097610 le lundi 22 juin 2015 à 14:09

    ou est BHL, roi du bazar islamiste de libye ?

  • M3121282 le lundi 22 juin 2015 à 11:43

    Du Maroc, qu'il aille en Libye, réparer ce qu'il a fait, et qu'il y reste.....

  • M1461628 le lundi 22 juin 2015 à 11:41

    NS= machine à perdre

  • xk8r le lundi 22 juin 2015 à 11:33

    moi je et falcon pas contents !