Polémique franco-allemande sur une vente de frégates

le
0
Les conditions et le bien-fondé de cette vente à la Grèce surendettée cristallisent les griefs outre-Rhin. Des critiques sans fondement, rétorquent les sources proches du dossier en France.

Faux, archi-faux, c'est ainsi que des sources proches du dossier en France qualifient les déclarations de l'hebdomadaire allemand Spiegel sur la vente de navire militaires à la Grèce. Non, la France ne va pas «donner» des frégates à la Grèce, comme l'écrit l'hebdomadaire dans son édition cette semaine. Les informations données par le journal sont d'ailleurs inexactes. L'appel d'offres lancé par le gouvernement grec portait sur six frégates FREMM multimission, et non «deux à quatre» comme l'écrit le journal. Par ailleurs, si l'appel d'offres a bien été remporté par la France, le contrat n'a jamais été signé en raison de la crise financière.

L'hebdomadaire assurait que la France aurait proposé à la Grèce de garder les frégates pendant cinq ans sans les payer, puis de les payer seulement 200 millions par pièce au lieu de 300 millions. Or, le prix d'une frégate atteint en fait 500 millions d'euros. Si la Grèce ne pouvait pas s'acquitter de sa dette à ce mom

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant