Polémique Facebook: Mark Zuckerberg va rencontrer des conservateurs

le
0
Polémique Facebook: Mark Zuckerberg va rencontrer des conservateurs
Polémique Facebook: Mark Zuckerberg va rencontrer des conservateurs

Le PDG et fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, va rencontrer mercredi des personnalités identifiées comme conservatrices pour évoquer les accusations de manipulation des sujets tendance par le réseau social, accusé notamment d'écarter des thématiques et des figures du mouvement conservateur.Parmi les personnalités invitées par le patron de Facebook figurent Barry Bennett, proche conseiller de campagne du candidat à l'investiture républicaine Donald Trump, a indiqué un porte-parole du réseau social, confirmant une information diffusée par plusieurs médias américains.Outre Barry Bennett, la liste d'une douzaine de noms comprend essentiellement des leaders d'opinion plutôt que des élus ou des personnalités du parti républicain.Mark Zuckerberg a, entre autres, convié l'éditorialiste radio Glenn Beck, la journaliste de la chaîne d'information Fox News, Dana Perino, l?entrepreneur vétéran de plusieurs campagnes républicaines, Zac Moffatt, et le président du groupe de réflexion conservateur American Enterprise Institute, Arthur Brooks.La rubrique "Trending", qui n'existe pas dans la version française de Facebook, est une petite pastille qui mentionne les sujets les plus discutés sur le réseau social.Les thèmes retenus sont, en théorie, identifiés par un algorithme qui repère le nombre total de mentions mais aussi la brusque augmentation de l'une d'elles, à l'instar d'autres réseaux sociaux.Le site d'information Gizmodo a publié plusieurs articles citant d'anciens prestataires de Facebook qui travaillaient au sein du service dédié aux "trending topics" et accusent le réseau social de partialité dans ses choix éditoriaux.Certains journalistes employés du service auraient ainsi écarté, de leur propre chef, des sujets relatifs à des personnalités conservatrices.Toujours selon Gizmodo, les journalistes présents s'attachaient également à ne pas utiliser de sites réputés conservateurs comme source et ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant