Polémique entre les industries du pétrole et des biocarburants

le
0

Commodesk - Le ton est monté cette semaine entre l'Institut américain des produits pétroliers (API) et la Renewable Fuels Association (RFA), le lobbying des producteurs d'éthanol dans ce pays.

L'API vient de lancer une campagne médiatique outre-Atlantique, dans le but d'interpeller les élus. Celle-ci poursuit trois objectifs : soutenir le projet d'oléoduc Keystone, modifier la législation afin d'autoriser les exportations de gaz naturel, et supprimer les objectifs gouvernementaux d'incorporation d'éthanol dans les carburants.

Cette campagne intervient alors que le Congrès nouvellement élu s'apprête à fixer un agenda pour la prochaine session. Les questions énergétiques devraient occuper une place importante durant le mandat à venir.

Durant une conférence de presse, l'API a réclamé la suppression totale du RFS, le programme de soutien à la filière éthanol. Selon l'institut, les subventions et les objectifs d'incorporation gênent la filière pétrole, les raffineurs ayant plus de difficultés à écouler leur production. Le RFS a donc été jugé « irréaliste » et nuisible à l'économie américaine.

Les défenseurs de l'éthanol estiment au contraire qu'il s'agit d'une énergie ayant déjà prouvé son efficacité et ses bienfaits pour l'économie du pays. Grâce au RFS, l'énergie serait moins onéreuse. L'arrivée prochaine du E85, la nouvelle génération de carburant coupé à l'éthanol, apportera même « plus de choix aux consommateurs ».

Enfin, la RFA rappelle l'impact du RFS « en terme d'indépendance énergétique et de création d'emplois ».

Instauré en 2007, le RFS a pour but d'augmenter progressivement l'utilisation d'éthanol dans les carburants. En 2012, les Etats-Unis en ont ainsi consommé 33 milliards de litres dans le secteur des transports. Le RFS prévoit également des investissements dans des usines de production.

Parallèlement, l'industrie pétrolière américaine a également le vent en poupe, grâce au développement des ressources non conventionnelles. D'après le département américain de l'Energie, la production pétrolière dépasse désormais la barre des sept millions de barils par jour, pour la première fois depuis deux décennies.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant