Polémique en Allemagne après le suicide du suspect syrien

le
0
Le réfugié syrien accusé d'avoir préparé un attentat à Berlin s'est pendu à l?aide de sa chemise qu?il a accrochée aux barreaux de sa cellule de la prison de Leipzig.
Le réfugié syrien accusé d'avoir préparé un attentat à Berlin s'est pendu à l?aide de sa chemise qu?il a accrochée aux barreaux de sa cellule de la prison de Leipzig.

Comment cela a-t-il pu arriver ? Le jeune réfugié syrien soupçonné d'avoir préparé un attentat contre l'un des aéroports de Berlin s'est suicidé mercredi 12 octobre au soir dans sa cellule ultra-sécurisée de la prison de Leipzig. L'homme s'est pendu à l'aide de sa chemise qu'il a accrochée aux barreaux de sa cellule sans que personne ne s'en aperçoive. Les gardiens qui patrouillaient les couloirs et étaient censés jeter un coup d'?il dans sa cellule toutes les demi-heures sont arrivés trop tard. C'est un stagiaire qui, aux environs de 20 heures, a découvert le corps.

Scandale en Saxe

Jaber al-Bakr, 22 ans, avait été arrêté dans la nuit de lundi à Leipzig. Il avait demandé refuge à des compatriotes qui, en le reconnaissant sur les photos diffusées dans les médias, l'ont ligoté et livré à la police. Celle-ci avait retrouvé 1,5 kilo de TATP, un explosif ultra puissant utilisé par l'organisation État islamique, dans un appartement de la petite ville de Chemnitz où al-Bakr séjournait. Mais le jeune homme avait réussi à prendre la fuite. Un premier dérapage qui jetait déjà le discrédit sur la police du Land de Saxe, les forces spéciales prétextant que leur équipement pesant 35 kilos était trop lourd pour entreprendre une course-poursuite. La nouvelle de l'arrestation de al-Bakr, deux jours plus tard à 80 kilomètres de là, avait été accueillie avec soulagement en Allemagne. Une...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant