Polémique après une décision des Prud'hommes sur l'homosexualité

le
1

PARIS (Reuters) - La ministre du Travail a jugé vendredi "scandaleux" un jugement du conseil de prud'hommes de Paris qui a écarté toute discrimination homophobe à l'encontre d'un coiffeur homosexuel renvoyé après avoir été traité de "PD" par son employeur.

Selon ce dossier, examiné en janvier dernier et révélé vendredi par France Info et Metronews, le jeune homme avait reçu par erreur un SMS de sa patronne le traitant notamment de "sale PD" et sa période d'essai avait été rompue le lendemain pour "insuffisance professionnelle".

Le jeune homme avait alors saisi le conseil de prud'hommes de Paris pour discrimination.

Le tribunal a débouté le plaignant au motif que le monde de la coiffure emploie de nombreuses personnes homosexuelles.

"En se plaçant dans le contexte du milieu de la coiffure, le Conseil considère que le terme de 'PD' employé par la manager ne peut être retenu comme propos homophobe", peut-on lire dans le jugement dont Metronews publie des extraits.

Car, poursuit-il, "il est reconnu que les salons de coiffure emploient régulièrement des personnes homosexuelles, notamment dans les salons de coiffure féminins, sans que cela ne pose de problèmes".

En conséquence, "le Conseil estime que l'employeur n'a pas fait preuve de discrimination (...) mais que ce sont des propos injurieux qui ont été prononcés à son égard".

Interrogée à ce sujet sur RTL, la ministre du Travail, qui n'avait pas connaissance du jugement, l'a jugé d'emblée "profondément scandaleux".

"J'imagine que la personne qui a été discriminée va faire appel. (...) Je trouve ça particulièrement choquant", a ajouté Myriam El Khomri.

(Sophie Louet, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • scred il y a 8 mois

    la myriam elle qui d'un coté veut descendre les prud’homme et de l'autre inciter à les solliciter. En effet cela a plus un caractère insultant que discriminatoire et qui ne semble pas être la cause du licenciement.