Polémique : à Gondecourt les combats de coqs ont bien eu lieu

le
0
Polémique : à Gondecourt les combats de coqs ont bien eu lieu
Polémique : à Gondecourt les combats de coqs ont bien eu lieu

Les ergots étaient bien de sortie ce dimanche après-midi à Gondecourt, dans le Nord. Près de deux-cent personnes ont pu assister aux vingt-trois combats de coqs organisés dans une école du village.

Pourtant, samedi, la fondation Brigitte Bardot, qui milite pour l'interdiction des combats de coqs, menaçait les partisans de cette tradition ancestrale de porter plainte si les affrontements étaient maintenus. «Ce sera fait, promet Christophe Marie, le porte parole de la fondation Brigitte Bardot. Nous sommes venu constater que les combats avaient lieu, demain nous allons porter plainte au pénal.»

Les revendications de la fondation Brigitte Bardot se basent sur une loi qui autorise les combats de coqs au titre de la sauvegarde d'une «tradition ininterrompue» qui ne s'appliquerait pas dans ce village «car les combats s'y sont arrêtés il y a plusieurs années avant de reprendre en 2013» selon Christophe Marie. «De plus, note t-il, ces combats ont lieu dans une cour d'école, sous un préau, et non dans un véritable gallodrome».

Un comité d'accueil d'une trentaine de militants ont manifesté, parfois de façon agressive, devant l'entrée de l'école. Des «pervers», «assassins» et bien d'autres noms d'oiseaux ont fusé lors du passage des spectateurs et éleveurs. Certains pro et anti combats de coqs en sont presque venus aux mains, sous les yeux d'une demi douzaine de gendarmes qui se tenaient légèrement à l'écart.

Du coté des pro-combats de coqs, c'est l'incompréhension qui prédomine, car, pour eux, cette tradition ancestrale ne s'est jamais arrêtée à Gondecourt. «Elle fait partie de nos racines, les gens ont élevé des animaux dans leurs basse-cours depuis toujours. A l'époque, ils ont constaté que les coqs se battaient entre eux. A partir de là, ils ont organisés des concours. C'était le seul loisir des pauvres gens. Voilà d'où vient cette tradition», nous expliqueMichel, un habitant d'Ann½ullin, le village ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant