Polanski prêt à collaborer avec la justice polonaise

le
3

VARSOVIE, 13 janvier (Reuters) - Le cinéaste Roman Polanski s'est déclaré prêt à collaborer avec les autorités polonaises dans le cadre de la procédure d'extradition réclamée par la justice américaine pour sa condamnation pour crime sexuel en 1977. Les services du ministère public polonais ont exprimé la semaine passée leur intention d'interroger le réalisateur après avoir reçu une demande d'extradition de la part de l'administration américaine. Roman Polanski, dont les parents étaient polonais, se trouve actuellement en Pologne pour le tournage d'un film consacré à l'affaire Dreyfus. "Je suis ici pour les préparatifs d'un film que je dois tourner cette année", a-t-il expliqué à la chaîne de télévision TVN24 lundi soir. "Je sais qu'une demande d'extradition est arrivée et bien sûr je vais me soumettre à la procédure et nous verrons. J'ai confiance dans le système judiciaire polonais. J'espère que tout va bien se passer". En 1977, Roman Polanski avait accepté de plaider coupable pour avoir eu des relations sexuelles avec Samantha Geimer, une adolescente alors âgée de 13 ans, lors d'une séance de photos à Los Angeles. Il avait été condamné à 90 jours de détention et en avait passé 42 derrière les barreaux. Il avait fui les Etats-Unis l'année suivante, craignant que le juge chargé de se prononcer sur son affaire revienne sur l'accord conclu et le renvoie en prison pour plusieurs années. En octobre dernier, Roman Polanski avait été interrogé par le parquet de Cracovie. Les magistrats avaient estimé qu'il n'y avait aucun fondement juridique à son arrestation et avaient dit attendre une demande d'extradition en provenance des Etats-Unis avant de prendre d'autres dispositions. (Pierre Sérisier pour le service français) ;))

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • duine le mardi 13 jan 2015 à 10:32

    brinon: comment pouvez vous dire cela d'un présumé violeur????

  • M9388280 le mardi 13 jan 2015 à 09:38

    violeur, libre et pas gêné.j'ai honte pour lui.

  • brinon1 le mardi 13 jan 2015 à 09:30

    LES Etats Unis se sont toujours cru tout permis depuis 1917, ces dernieres années en tout domaine celà va en s'accentuant, le syndrome de l'Empire ?