Poker : Sylvain Loosli est un champion, pas nous !

le
2
Sylvain Loosli, en juillet à Las Vegas, lors du Main Event.
Sylvain Loosli, en juillet à Las Vegas, lors du Main Event.

Bon, on va tout de suite mettre les choses au point : oui, nous avons testé les plus illustres poker rooms de Las Vegas et, oui, nous ne laisserons pas un souvenir impérissable à nos adversaires. Que ceux qui s'imaginent être des pointures au Texas Hold'em retournent à leurs chères études. Pour gagner un tournoi dans la Mecque du jeu ou même faire un substantiel bénéfice au cash-game, il faut bien entendu être un monstre de patience, ne pas prononcer un mot de français pendant des heures - formellement interdit à table -, mais surtout il faut tenir une forme olympique.Bref, au poker plus encore qu'ailleurs, le jetlag fait des ravages, et comme nos Américains sont, pour la plupart, des patrons à table, étrangement, c'est en se réveillant qu'on pense avoir gagné. Dans nos rêves. Car, dans la réalité, il faut bien l'admettre humblement : lorsqu'une petite dame de 70 ans vous envoie dans les dents un retentissant "All in !", que vous la payez d'un sale air méprisant et qu'elle vous abat sa paire d'as avec un méchant rire de chouette malicieuse, vous avez des envies de serial killer bien sûr, mais vous avez surtout l'impression d'être un nain. Mais alors un tout petit, petit, petit nain...Le regard de faucon de Sylvain Loosli

En revanche, on peut le dire et le clamer haut et fort. Nous tenons bien en Sylvain Loosli un authentique champion. OK, il n'a pas remporté la finale du Main Event des World Series of Poker (WSOP), qui a réuni les neuf...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4333993 le jeudi 7 nov 2013 à 14:51

    2 millions d'euros de gain; donc imposés à 75% ! ;)

  • jobico le jeudi 7 nov 2013 à 09:39

    qu'il retire sa capuche et ses lunettes...