Pokémon Go, «un médicament contre le réel»

le , mis à jour à 08:08
0
Pokémon Go, «un médicament contre le réel»
Pokémon Go, «un médicament contre le réel»

Fascinée par le phénomène Pokémon Go, l'historienne et ludologue (créatrice de jeux) estime que cette première invention «va ouvrir un nouvel espace ludique».

Qu'est-ce qui rend les joueurs accros ?

BRIGITTE JOBBÉ-DUVAL. Si cette appli est séduisante, c'est qu'elle fait sortir les gens de chez eux. Les jeux vidéo, de cartes ou de billes se tiennent d'habitude dans un espace limité. Avec Pokémon Go, le jeu envahit tout l'espace... et toute la journée. Vendredi, j'étais au restaurant avec des amis, l'un d'eux, la trentaine, nous a quittés d'un coup pour attraper un Pokémon ! Et il ne s'en est pas caché, parce que, là où les inventeurs ont été très malins, c'est qu'ils ont levé la plupart des freins qui culpabilisent. On est loin de l'image de l'autiste qui joue seul sur son ordinateur.

La folie Pokémon ne touche pas que les enfants...

Largement. Parce que Pokémon Go s'appuie sur des technologies devenues naturelles (prendre des photos, utiliser un GPS sur son téléphone) disons jusqu'à 70 ans. Comme le Trivial Pursuit sorti en 1979, une force de ce jeu est que plusieurs générations s'amusent ensemble. Par ailleurs, les études montrent que les principaux adeptes de jeux sur smartphone sont... des femmes de 40 ans qui courent entre travail et enfants et n'ont pas une minute à elles. Sur leur portable, elles déconnectent dans le métro, au supermarché... Comme d'autres jeux, Pokémon Go devient un médicament contre le réel, quand il est trop pénible, qu'on angoisse ou qu'on s'ennuie.

Ne va-t-on pas se lasser vite d'attraper des petites bêtes ?

Je parie que la folie Pokémon va durer. Ce n'est qu'un début, seules 10 % des fonctionnalités ont été déployées. Il y aura de plus en plus de Pokémon à capturer et de manière plus complexe. On peut imaginer des échanges plus poussés entre joueurs ou du troc. Ce jeu ouvre un nouvel espace ludique. Il y en aura d'autres dans la foulée.

 

QUESTION DU JOUR. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant