Pokémon GO : les fausses versions se multiplient

le
0
Pokémon GO : les fausses versions se multiplient
Pokémon GO : les fausses versions se multiplient

Depuis début juillet et ses premières sorties dans le monde, l'application Pokémon GO a connu 75 millions de téléchargements à travers le monde. Ce jeu à réalité augmentée est devenu un vrai phénomène de société, si bien que même les entreprises ou les hommes politiques s'en servent pour surfer sur la vague et augmenter la portée de leur communication.

 

Mais face à une popularité si importante, Pokémon GO attire les escrocs. Le centre d'alerte (CERT-FR) de la très sérieuse Agence Nationale de la Sécurité des Systèmes d'Information (ANSSI) réagit face à cette augmentation d'actions malveillantes, en soumettant ses conseils de précaution aux apprentis dresseurs. «Certaines précautions s'imposent avant de pouvoir tenter de capturer un Dracaufeu ou un Lippoutou (ndlr, deux espèces de Pokémon disponibles dans le jeu) sans porter atteinte à la sécurité de son ordiphone», précise l'instance dans un communiqué.

 

Gare aux fausses applications

 

Sorti début juillet en Australie et en Nouvelle-Zélande, le jeu développé par la société Niantic connaissait, au 15 juillet, déjà 215 fausses applications malveillantes. La plupart de ces «fakes» font leur promotion via des bannières publicitaires présentes sur des sites pornographiques.

 

En installant une de ces fausses versions, ces dernières sont susceptibles de vous demander d'installer d'autres logiciels tout aussi malveillants ou de vous inciter à payer pour obtenir plus de fonctionnalités. Des applications affichant une grosse popularité notamment dans des pays où le jeu n'est pas encore officiellement sorti. 

 

Des demandes d'accès abusives corrigées

 

A sa sortie en France, la vraie version de Pokémon GO avait fait polémique suite à sa demande particulière lors de l'installation. En effet, l'application demandait à avoir accès à l'ensemble de votre compte Google (données GPS, accès aux fichiers de votre ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant