Pokemon Go enfin au Japon, berceau de Pikachu et consorts

le
0
Pokemon Go enfin au Japon, berceau de Pikachu et consorts
Pokemon Go enfin au Japon, berceau de Pikachu et consorts

La chasse à Pikachu et autres créatures imaginaires a enfin débuté au Japon, patrie des Pokemon: le jeu Pokemon Go, qui défraye la chronique partout dans le monde, a été lancé vendredi, après une attente insoutenable pour des milliers de fans.Officiellement disponible dans une quarantaine de pays où il a provoqué une fièvre inédite, Pokemon Go l'est désormais aussi dans l'archipel, pour les smartphones fonctionnant avec les systèmes Android de Google et iOS d'Apple."Nous sommes très heureux de pouvoir l'apporter au Japon, où Pokemon est né", a annoncé sur son blog le studio américain Niantic, développeur de cette application gratuite (mais avec des fonctionnalités payantes en sus), attribuant le retard à l'accueil phénoménal - "au-delà de nos attentes" - reçu ailleurs.Dans les rues de Tokyo, des amateurs ou de simples curieux sont aussitôt partis à l'aventure pour capturer ces "monstres de poche" (Pokemon vient de "pocket monsters"), les yeux rivés sur leur téléphone, grâce à la réalité augmentée, une technologie qui fait apparaître des éléments virtuels dans le monde réel."Nous avons décidé de venir entre filles à Asakusa", raconte Maika Kubo, 16 ans, croisée dans ce quartier touristique de la capitale, connu pour son temple Senso-ji. "On s'est dit: il faut essayer tout de suite!", complète Mamiko Amaha. "Quand on joue, on voit un Pokemon sur l'épaule d'un ami, et on s'écrie: +il est là, il est là+"."Nous voulions concevoir un jeu qui incite les gens à aller dehors, à se dégourdir les jambes, à découvrir de nouveaux endroits et à s'amuser avec leurs amis", explique John Hanke, responsable de Niantic, dans une vidéo mise en ligne sur le site pour la sortie au Japon. Pari visiblement réussi.Quasiment pas un passant qui n'y joue dans le quartier de l'électronique, Akihabara, ou devant les McDonald's, partenaire officiel au Japon, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant