Poissons: la "durabilité" motive encore trop peu l'achat

le
0
Les Français sont d'importants consommateurs de poisson: 93% en ont acheté au cours des deux derniers mois. (elxeneize / Istock.com)
Les Français sont d'importants consommateurs de poisson: 93% en ont acheté au cours des deux derniers mois. (elxeneize / Istock.com)

(AFP) - La plupart des consommateurs français de produits de la mer disent avoir conscience des enjeux liés à la préservation des océans, mais "la durabilité" ne figure pas encore dans le top 5 de leurs critères d'achat, selon une étude menée pour le label MSC, publiée jeudi.

La consommation de produits issus de sources durables contribue à sauvegarder les océans, estiment 78% des Français interrogés (contre 72% au niveau mondial), indique ce rapport bisannuel du MSC, réalisé par le cabinet spécialisé GlobeScan.

Quelque 69% se disent ainsi prêts à modifier leurs habitudes en faveur de choix durables.

Parmi les premiers critères d'achat, figurent la fraîcheur, la qualité, le goût et le fait que le poisson soit sauvage et non transgénique. Puis vient la durabilité, suivie du critère prix puis de l'origine.

Les Français sont d'importants consommateurs de poisson: 93% en ont acheté au cours des deux derniers mois (85% en moyenne dans les 20 autres pays étudiés). Selon la FAO, la France affiche une consommation moyenne annuelle de 35 kg par personne (premier marché européen en volume total, cinquième par habitant), dont 80% est importé.

"Dès lors, on comprend vite que notre consommation en France a un impact direct sur la pression exercée sur les océans mondialement", souligne dans un communiqué le Marine Stewardship Council (MSC), organisation à but non lucratif qui délivre la certification pêche durable du même nom.

Selon la FAO, le poisson est la source principale de protéines animales pour un milliard d'humains; 31% des stocks sont surexploités et 58% exploités à leur maximum.

Le label MSC, attribué aujourd'hui à plus de 21.000 produits dans 100 pays, vise à garantir une traçabilité complète depuis des pêcheries elles aussi certifiées.

L'étude a été menée en janvier et février dans 21 pays, auprès de quelque 22.000 personnes, dont au moins 600 consommateurs de produits de la mer pour chacun de ces marchés.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant