Point politique : Sarkozy trébuche, Trierweiler s'exporte

le
0
Nicolas Sarkozy et Alain Juppé, les meilleurs ennemis du moment.
Nicolas Sarkozy et Alain Juppé, les meilleurs ennemis du moment.

Nicolas Sarkozy, candidat au poste de président de l'UMP, dont l'élection a lieu samedi, jette un froid sur la scène politique cette semaine. L'ancien chef de l'État n'a pas levé le petit doigt, samedi dernier lors de son meeting à Bordeaux, lorsque ses fans en furie ont sifflé le discours du maire de la ville, Alain Juppé, pour sa part candidat à la primaire de 2017. Quelques jours après, à Boulogne-Billancourt, Nicolas Sarkozy a justifié les compétences de Rachida Dati en matière de justice par ses origines maghrébines... Avant de rappeler celles de son ancienne secrétaire d'État Rama Yade : "Parfois, Rama m'a dit : Arrêtez de parler de ma couleur ! J'en parle pas, mais ça se voit !" a-t-il lancé, blagueur. Évoquant l'élection à la tête de l'UMP, Édouard Philippe, député UMP du Havre, a réagi : "[On pensait que] c'était plié, mais ça ne se passe pas vraiment comme prévu." Car l'ancien président doit aussi faire face à Bruno Le Maire et Hervé Mariton, des concurrents plus populaires qu'attendu.Pendant que la droite s'échauffe dans l'Hexagone, l'ex-première dame Valérie Trierweiler s'offre une virée médiatique de l'autre côté de la Manche où elle publie Thank you for this moment. Elle est interviewée sur la BBC, exportant les frasques du/des couple(s) présidentiel(s) à l'étranger. Marine Le Pen, quant à elle, est allée chercher neuf millions d'euros auprès d'une banque russe pour alimenter...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant