Point politique de la semaine : "Stabilisation du chômage" et boycott de l'école

le
0
Point politique de la semaine : "Stabilisation du chômage" et boycott de l'école
Point politique de la semaine : "Stabilisation du chômage" et boycott de l'école

La première chose à retenir de l'actualité de la semaine, c'est que selon le gouvernement, le chômage n'est pas en hausse comme le montrent les chiffres, mais qu'il se stabilise. Un artifice sémantique qui n'a pas suffi à calmer l'opposition qui a vivement attaqué la majorité sur le sujet. Jean-François Copé est allé jusqu'à demander la démission du ministre du Travail Michel Sapin. Mardi, c'est François Hollande, alors en déplacement en Turquie, qui est revenu sur ce mauvais résultat en admettant que le gouvernement n'avait pas "réussi dans l'année 2013 à faire diminuer le chômage". L'appel au boycott de l'école, lancé par le mouvement "Journée de retrait de l'école" a beaucoup fait réagir les politiques. L'UMP a dénoncé l'absentéisme des élèves, sans vraiment prendre de distances avec la rumeur elle-même selon laquelle les enfants étaient soumis à des enseignements mettant en doute leur identité sexuelle. Plus fort encore, Christian Estrosi a dénoncé un "poison" et affirme au Point.fr qu'il soutient les parents boycotteurs. La porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem, a déploré que Jean-François Copé "fasse le pari du fantasme". La nature de JRE et la proximité politique de son initiatrice, Farida Belghoul, avec Alain Soral, l'ont contraint à faire machine arrière et à dénoncer cette initiative plus fermement. "Les amis de Sarkozy" se sont réunis ce mercredi, l'occasion pour eux de préparer le terrain pour un...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant