Poignée de main historique entre Obama et Castro au Panama

le , mis à jour à 17:06
2
Poignée de main historique entre Obama et Castro au Panama
Poignée de main historique entre Obama et Castro au Panama

L'image hautement symbolique était attendue dans le monde entier. Le Sommet des Amériques s'est ouvert vendredi sur une poignée de main en coulisses entre les présidents américain Barack Obama et cubain Raul Castro. Dans la foulée du dégel annoncé mi-décembre, les deux hommes devraient avoir une conversation plus «substantielle» samedi.

Selon Bernadette Meehan, une porte-parole de la Maison Blanche, les deux hommes se sont serré la main et ont échangé quelques mots peu avant l'ouverture officielle du sommet, comme ils l'avaient fait en décembre 2013 en Afrique du sud, en marge des obsèques de Nelson Mandela. Ce très attendu premier face-à-face entre chefs d'Etat des deux pays depuis 1956 doit sceller le réchauffement annoncé au terme de 18 mois de tractations menées dans le plus grand secret. «Nous sommes en terre inconnue ici (...) Il s'agit de changer fondamentalement la manière dont les Etats-Unis considèrent Cuba, son gouvernement, sa population, sa société civile», a résumé Ben Rhodes, l'un des conseillers d'Obama.

Cuba veut être rayé de la liste des Etats soutenant le terrorisme

Au menu des discussions figurera certainement la reprise des relations diplomatiques, qui tardent à se concrétiser malgré trois séries de discussions de haut niveau à La Havane et Washington. Le principal obstacle à la réouverture d'ambassades réside pour l'instant dans la présence de Cuba sur la liste américaine des Etats soutenant le terrorisme, qui coupe l'île d'une partie de l'aide internationale. La Maison Blanche a indiqué vendredi que Barack Obama n'était «pas encore au stade» de prendre une décision sur ce point, mais n'a pas toutefois pas écarté «une annonce» au Panama.

Le Sommet des Amériques «présente une dimension vraiment spéciale car c'est la première fois que se réunissent à la même table les 35 chefs d'Etat et de gouvernement» de la région, s'est réjoui dans son discours inaugural le secrétaire ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • cavalair le samedi 11 avr 2015 à 17:06

    condamner

  • cavalair le samedi 11 avr 2015 à 17:06

    a comdamne comme celle de Petain et (H)itler